Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Théorie des contraintes (ToC) Logical Thinking Process - Thinking Processes Arborescence, rang et hiérarchie dans les outils logiques

Arborescence, rang et hiérarchie dans les outils logiques

Envoyer

Les différents outils logiques dits Thinking Processes sont des structures arborescentes, à l’exception de l’Evaporating Cloud, aussi connu sous le nom de Conflict Resolution Diagram, avec un réseau d’entités qui relient le sommet et la base.

Les entités sont liées entre elles, au sommet et à la base par des relations logiques de causes à effet, de type implication (si A existe, alors B existe) ou de nécessité (pour que B existe, il faut que A existe).

La structure arborescente incite naturellement à évoquer la notion de rang en fonction de la position des entités. Par ailleurs, la position relative d’une entité par rapport au sommet ou la base de l’arbre suggère une notion de hiérarchie, d’importance et donc de priorité.

En fait les entités sont toutes considérées comme d’égale importance. Ce sont les maillons d’une chaîne logique. La notion de rang n’est pas hiérarchique mais plutôt descriptive et séquentielle : on évoque le rang inférieur pour situer l’entité dans la structure arborescente (précédence, A est nécessairement avant B) et non pas pour la situer selon un ordre d’importance.

Cette confusion est fréquente dans le cas du Goal Tree, qui décrit l’arborescence des Conditions Nécessaires (NC pour Necessary Conditions) pour atteindre un But (Goal).

Chaque Condition Nécessaire, comme le nom l’indique est indispensable pour atteindre le But, il n’y a donc pas de notion de hiérarchie ou d’importance. Cependant, on comprend bien que les Conditions Nécessaires à la base de l'arbre doivent être remplies pour que les Conditions Nécessaires de rang supérieur puissent exister. Ainsi, le fait que certaines Conditions Nécessaires se retrouvent relativement loin du But ne veut pas dire qu’elles soient de moindre importance, simplement l'enchaînement des relations de cause à effet les placent plus “bas” dans la structure arborescente.

Notons que si un Goal Tree était représenté horizontalement (couché), on ne dirait pas plus bas, mais plus à droite ou plus à gauche.

La confusion est également entretenue du fait que certaines Conditions Nécessaires ont un statut un peu particulier : les Critical Success Factors (CSFs).

Elles s’interposent entre les Conditions Nécessaires “ordinaires” et le But et doivent leur statut au fait que ce sont les dernières Conditions Nécessaires avant atteinte du But, celles qui une fois réalisées ou atteintes entraîneront automatiquement l’atteinte du But.

Les CSFs ne sont donc pas plus importantes que les autres, mais placées plus près du But dans l'enchaînement logique des Conditions Nécessaires.

Leur octroyer leur statut particulier permet de bien les repérer et de mesurer les écarts restants avant réalisation du But.


View Christian HOHMANN's profile on LinkedIn    






Mise à jour le Samedi, 22 Juillet 2017 07:30