Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Lean Startup Comment Lean peut aider les start-ups - ne pas reproduire les erreurs des entreprises établies 1/2

Comment Lean peut aider les start-ups - ne pas reproduire les erreurs des entreprises établies 1/2

Envoyer

S’il est une manière dont Lean peut aider les jeunes pousses, c’est de les “inspirer Lean” dès le départ afin qu’elles ne reproduisent pas les erreurs des entreprises établies. La plupart des entreprises établies sont bâties sur un modèle dépassé dans la plupart des cas : celui de la production de masse de produits peu différenciés.

Ce modèle se caractérise entre autres par :

  • une organisation en silos fonctionnels
  • une hypertrophie des fonctions dites “support”
  • Une structure hiérarchique pyramidale
  • une obsession du coût de revient unitaire le plus bas
  • la recherche d’économies d’échelle

Cet ensemble de caractéristiques influence la structure, le mode de gestion et les règles de l’organisation.

Or la plupart des start-up se préparent à affronter un marché exigeant, demandeur de produits hautement personnalisés en petits volumes, éventuellement assortis de services spécifiques (les voitures ou bicyclettes en libre service dans les différentes villes par exemple), voire dénués de produits tangibles et centrés sur du pur service (applications, abonnements, etc.).

Les modes de consommation ont fortement évolués et se sont également diversifiés. La possession d’un bien pour l’utiliser n’est plus le mode unique, ni même principal dans certains cas. On évoque toujours plus l’économie du partage, le téléchargement à la demande, la location, l’abonnement et les formules freemium par exemple.

Ainsi, une entreprise en création doit se doter d’une structure propre à répondre aux différents défis qui sont :

  • la satisfaction des clients, qui inclut notamment l’accès rapide aux services qu’ils sollicitent; conseil avant-vente, livraison, service après-vente, aide à l’installation et/ou à l’exploitation, maintenance, etc.
  • la satisfaction des parties prenantes, qui sont les partenaires, les fournisseurs, les investisseurs, les employés, éventuellement les riverains, les autorités locales, etc.
  • La satisfaction des exigences légales et réglementaires, notamment en matière fiscale, comptable, sociale, etc.

 et tout ceci de manière durablement soutenable.

Cette structure va évoluer dans le temps, car les exigences ne sont pas les mêmes en fonction de la taille de l’entreprise, de ses marchés et des volumes d’activité.

La difficulté que rencontrent les entreprises établies qui cherchent à revenir vers des structures allégés, au plus juste, doit inciter les entrepreneurs à rester vigilants et intégrer une vision “Lean” du “juste nécessaire” dès le début.

Il s’agit d’abord de raisonner en flux de création de valeur plutôt qu’en subdivisions opérationnelles. On évoque alors des chaînes de valeur ou value streams qui sont construites spécifiquement pour délivrer rapidement la valeur attendue par les clients, sans être perturbées par des ajouts artificiels, coûteux et sans contribution significative.

Les exemples auxquels on peut penser sont :

  • des personnels dédiés à l’établissement de statistiques
  • des systèmes de pilotage et tableaux de bord riches et complexes
  • les contrôles qualités destinés à filtrer et retenir les produits défectueux
  • des fonctions statutaires, rémunérées et non contributives
  • la multiplication des niveaux hiérarchiques
  • ...

L’expérience montre qu’une fois de telles structures en place, les titulaires, bénéficiaires et “sympathisants” leur trouveront toujours des vertus pour justifier leur maintien et même leur renforcement (loi de Parkinson).

Il est donc plus simple d’être vigilant et de maîtriser le développement de telles fonctions :

  • les mettre en place si et seulement si c’est une condition strictement nécessaire à la satisfaction d’exigences non négociables
  • les maintenir au “plus juste” plutôt que de batailler à les restreindre par la suite
  • ne pas hésiter à les démanteler ou à les convertir si l'exigence initiale disparaît ou peut être satisfaite par une alternative plus flexible, plus efficiente ou plus économique

La deuxième partie de cet article aborde la notion de gaspillages


View Christian HOHMANN's profile on LinkedIn    




Mise à jour le Dimanche, 07 Février 2016 13:02