Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

L'essentiel de la TPM pour lecteur pressé

Envoyer

Christian HOHMANNProduire plus et mieux sans investissement productif supplémentaire est possible si l'on s'attaque aux causes de gaspillage de la capacité installée. Ce constat imprègne toutes les méthodes japonaises, et ramené à la conduite de machines, cela signifie chercher à maximiser le temps productif, réduire le temps non productif du aux arrêts et pannes, conserver les cadences optimales et réduire la non-qualité. Ce sont les trois leviers qu'utilise la TPM ; disponibilité, performance et qualité.


Origines de la TPM

La Total Productive Maintenance (TPM) est née officiellement au Japon, en 1971. Elle est une évolution de méthodes de maintenance, notamment américaines (PM), qui tentent d'améliorer le rendement des machines par une démarche proactive de prévention des arrêts, pannes, etc. Le principal changement par rapport à la PM est l'implication des opérateurs, (approche participative) qui au plus près de la machine, la connaissent intimement et, de ce fait, peuvent contribuer efficacement à sa maintenance.

La TPM est née, semble t-il dans les usines du groupe Nippondenso, puis a été formalisée par Seiichi Nakajima, membre du JIPM*.

L'émergence de la TPM a pour cadre la compétition féroce, déjà en voie de globalisation, dans l'industrie automobile. La TPM se diffuse en occident dans les années 80 par la parution de livres et les conclusions du benchmarking des fabricants automobile japonais par leurs homologues européens.


Les buts de la TPM (selon le JIPM*)

Les buts de la TPM sont au nombre de cinq :

  1. Construire une culture d'entreprise qui améliore d'efficience du système de production (mesuré avec le Taux de Rendement Synthétique TRS)
  2. Construire un système supprimant toute perte et gaspillage : "zéro accidents, zéro défauts et zéro pannes"
  3. Couvre tous les départements, incluant Production, Développement, Marketing et Administration
  4. Requiert une complète implication du top management aux employés
  5. Atteint zéro pertes en engageant des activités d'amélioration en petits groupes

La formulation peut varier légèrement d'un auteur à l'autre

*JIPM : Japan Institute of Plant Management. Le JIPM est l'inventeur, le promoteur et le propriétaire du concept TPM (marque déposée).


Signification de "Total Productive Maintenance"

La signification de Maintenance Productive Totale (francisation) est la suivante :

  • Maintenance : maintenir en bon état = réparer, nettoyer, graisser et accepter d'y consacrer le temps nécessaire.
  • Productive : assurer la maintenance tout en produisant ou en pénalisant le moins possible la production.
  • Totale : considérer tous les aspects et y associer tout le monde.

Au-delà du simple maintien en bon état des machines, l'esprit TPM pousse à les modifier et les améliorer. L'implication des opérateurs est une opportunité pour élever leur niveau de compétence et d'enrichir leurs tâches en leur confiant la maintenance de premier niveau. Par ailleurs, ils connaissent leurs machines de manière intime et sont de fabuleux capteurs à cinq sens, pouvant détecter une anomalie à l'odeur, aux bruits, être mis en alerte par une couleur ou encore des vibrations inhabituelles...


L'indicateur TRS

L'indicateur utilisé, le Taux de Rendement Synthétique ou TRS, parfois aussi (improprement) appelé TRG (Taux de Rendement Global), mérite son qualificatif car il restitue une vision simple et sévère, qui englobe tous les paramètres affectant le rendement de la machine selon le triptyque disponibilité, performance et qualité.

L'analyse des composantes du TRS indique où les efforts sont à porter.

Pour aborder la notion de TRS par la vulgarisation, voici deux vidéos qui expliquent le minimum à savoir en la matière.






Intérêt de La TPM

TPM est une méthode mature dont l'intérêt se trouve renforcé par la fin des productions de masse. En effet, il est plus difficile de rentabiliser des équipements coûteux avec des productions en petits lots. Par ailleurs, la transversalisation croissante des fonctions, le décloisonnement, la multiplication des îlots autonomes et la sophistication grandissante des équipements accentuent le besoin de personnels impliqués, compétents et autonomes.


View Christian HOHMANN's profile on LinkedIn

Mise à jour le Mardi, 12 Septembre 2017 09:25