Christian HOHMANN

Depuis 1998 - 2018 20 ans déjà !

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Bienvenue sur le site de Christian HOHMANN
 

Dernières vidéos et podcasts

Dernières parutions





  

  

  

Toutes >mes vidéos de 2019 sur une seule page<    


Podcast







Tous >les épisodes de mon podcast<


 

Avril 2020

Il y a un mois de cela, pour mon édito mensuel du mois de mars 2020, j’écrivais La recherche sur Google de “covid 19” le 1er mars au matin m’a proposé “Environ 503.000.000” résultats (en 0,48 secondes est-il précisé). Si COVID-19 avait ses comptes sur les réseaux sociaux, ce serait une star absolue, à n’en pas douter.

Je viens de refaire la même recherche en ce matin du 1er avril et Google me réponds “Environ 9.740.000.000 résultats” (toujours en 0,48 secondes). Si vous doutiez encore de la capacité du coronavirus à se multiplier...

Il y a un mois de cela j’étais encore coronasceptique, en partie à cause des communications quelque peu contradictoires sur sa dangerosité. Puis un drame familial m’a rappelé en Alsace au moment où l’épidémie s’y déclarait en force. A mon retour en région parisienne, mon employeur m’a demandé de m’auto-confiner par précaution. C’était la veille du confinement général... Depuis, je n’ai plus coeur à me moquer de COVID-19.

Depuis un mois j’ai publié sur mes différents médias de quoi vous distraire de votre propre confinement. Espérant que vous y trouviez intérêt.

Sur mon Blog de la Nouvelle Industrie :

Sur mon blog en anglais :

Vidéos et podcast, voyez la liste sur cette page, restez chez vous et prenez soin de vos proches.


 

Mars 2020

En ce tout début du mois de mars 2020 l’actualité est dominée par la pandémie causée par le coronavirus répondant au nom de COVID-19.

La recherche sur Google de “covid 19” le 1er mars au matin m’a proposé “Environ 503.000.000” résultats (en 0,48 secondes est-il précisé). Si COVID-19 avait ses comptes sur les réseaux sociaux, ce serait une star absolue, à n’en pas douter.

Plaisanterie à part, ce virus a déjà causé des dégâts humains et économiques significatifs et nous n’avons pas fini de compter les effets retardés.

Songez, les navires apportant marchandises et pièces de Chine en France mettent environ 30 jours à parcourir la distance. Une fois ces stocks consommés, il y aura un “trou” dû aux arrêts d’usines en Chine au plus fort de la crise intérieure (est-elle passée ?).

Pour les entreprises totalement dépendantes de ces approvisionnements, pas de chance. Et une bonne opportunité de s’interroger si elles sont simplement victimes ou un peu coupables aussi. D’ailleurs qu’en est-il de le Plan de Continuité d’Activité ? N’en ont-elle point ?

Mais les premiers coups de freins donnés par les grands acteurs, par prudence ou obligation, vont se propager le longs de leurs Supply Chains et vers les prestataires. Le secteur du conseil dont je relève fait régulièrement les frais des mesures conservatoires, des plans de contingence et d’économies prudentes.

Pas drôle pour les candidats en phase finale de recrutement à qui l’on retire brusquement le contrat en attendant de voir comment la situation se débloque. Pas drôle pour les nouveaux embauchés en période d’essai qui se demandent si un virus biologique aura un impact significatif sur leur carrière, à court terme...

Les salons professionnels de mars à mai ? Je ne parierais pas sur leur maintien.

Même pour les plus optimistes il peut y avoir des effets induits ; coup d’arrêt sur les déplacements professionnels, incitation à ne pas voyager en privé dans les zones “contaminées”, de plus en plus nombreuses...À l’heure actuelle, planifier ses congés d’été c’est prendre un pari..!

On peut imaginer que même si tout devait se remettre en ordre, les chaînes logistiques ne repartent pas instantanément. D’ici que les commerçants attendant la collection été doivent vendre de la demi-saison plus longtemps puis éventuellement brader la collection été arrivée trop tard...

Mais,

Si vous souhaitez lire, entendre ou voir autre chose que du COVID-19 je peux vous proposer :

Lire :

Ecouter :

Voir :

 Ne propagez pas d'infox à propos du coronavirus, partagez plutôt mes publications...


 

Février 2020

Le mois de janvier s'est achevé avec mon immersion dans l'univers de la forge et du travail d’alliages spéciaux, me fournissant l'opportunité de visiter des installations peu courantes et des équipements industriels gigantesques, travaillant des pièces de grandes dimensions. Cette tournée des forges va se poursuivre en février et me fournit d'ores et déjà matière à quelques articles, voire des sujets de vidéos.

A ce propos, le mois de janvier 2020 a vu la parution de 4 épisodes correspondant à une publication hebdomadaire. Mon objectif de rythme de publication hebdomadaire est tenu pour l'instant.

Le premier épisode de l'année fait le parallèle entre les décorations de Noël et la transformation numérique, une métaphore qui peut surprendre et qui, je le reconnais, est parue un peu tard pour susciter l'intérêt une fois les fêtes de Noël passées.

La seconde vidéo de janvier revient sur la théorie de la polarisation des emplois avec mon hypothèse quant à la répartition des emplois futurs, hypothèse qui n'est pas nécessairement orientée vers le déclassement ou l’impérative montée en expertise, mais autorise l'émergence de nouveaux métiers basés sur des compétences d'emploi de la technologie plutôt que sur des compétences métier.

La troisième vidéo ajoute un épisode de ma série TRS/OEE questions et réponses et interroge sur la pratique de neutraliser les temps de changement de séries dans le calcul du TRS

Finalement, la quatrième vidéo est un épisode supplémentaire de ma série panique en développement et explique ce que l'on appelle, en management de projets, jouer à la poule mouillée.

Côté blog en anglais une extraordinaire coïncidence m'a fait écouter un podcast dans lequel le présentateur explique pourquoi il souriait sur une photo. C'était à l'idée de quitter sa société bien plus qu'à l'idée de rejoindre la suivante. La coïncidence et qu’un an auparavant je souriais moi-même en rédigeant ma lettre de démission et à l’idée de quitter mon employeur davantage qu’à l’idée de répondre à l'invitation à rejoindre mon nouvel employeur...

Sur mon blog en français c'est une réflexion je partage. Une réflexion suite à la lecture d'un article sur les robots employés à trier les ordures et qui alimente la polarisation des emplois.

Si en janvier vous n'avez pas eu l'opportunité de suivre mes publications au moment de leur parution, voilà une opportunité de rattrapage. Espérant que vous trouverez intérêt à mes publications sur mes différents médias, et si c'est le cas, merci de le faire savoir !