Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Prospective versus hype

Envoyer

Parmi les sujets prospectifs, combien relèvent d’une vraie (r)évolution et combien d’un engouement passager, d’un effet de mode, autrement dit relèvent du "hype" ?


La prospective

La prospective et l’étude des évolutions possibles à un horizon qui rend l’avenir prévisible. Les synonymes de la prospective sont l’anticipation, la prévision, la futurologie. Par cette étude, différents scénarios sont élaborés sur la base des connaissances et données du moment, ainsi que sur les tendances, les évolutions techniques et/ou technologies émergentes. Les différents scénarios sont affectés d’une probabilité de réalisation et servent à préparer le futur dès le moment présent.

Les études prospectives sont importantes pour toute décision qui nécessite une anticipation importante, telle que la préparation de formations d’étudiants qui devront présenter des profils et aptitudes 5, 7 ou 10 ans plus tard.

Dans le contexte professionnel, les études prospectives sont de natures à déterminer ou à infléchir les choix stratégiques des entreprises et par conséquent les investissements, les projets et compétences à développer, les technologies à maitriser, les zones géographiques à couvrir, etc.


Phénomènes de mode

Parmi les tendances et évolutions possibles que les études prospectives peuvent cibler, certains thèmes trouvent un écho enthousiaste qui les fait passer rapidement à des sujets à la mode. Ils deviennent hype.

Le modèle Hype Cycles de Gartner

La société de conseil en technologies de l’information Gartner propose un modèle dit Hype cycles, qui décrit cinq étapes successives de l’évolution que suivent certains sujets émergents. Ce modèle se base sur une évaluation de la maturité des technologies émergentes comparée à leur visibilité.

La courbe que trace cette fonction présente un pic, une vallée et un plateau et se veut représentative des cycles que suivent la plupart des technologies.


source : http://www.gartner.com/technology/research/methodologies/hype-cycle.jsp

Un cycle présente cinq phases :

  1. L’amorçage (trigger) qui est la percée d’une technologie vue comme émergente. Celle-ci attire l’attention et par voie de conséquence la publicité, qui la rend visible et renforce l’attention que le public lui porte. A ce stade, il n’existe au mieux que des démonstrateurs, des PoC (Proof-of-Concept) et pas encore de certitudes sur la viabilité commerciale du concept.
  2. La publicité produit un effet d’emballement qui propulse la visibilité à des sommets, la courbe atteint un pic dit de l’inflation des attentes d’un public enthousiaste. A ce stade des croyances ou espoirs de succès ou bénéfices souvent déraisonnables sont fondés sur cette technologie. Ces croyances et espoirs font affluer des investissements.
  3. Les échecs et/ou la lenteur de la concrétisation des attentes détourne l’intérêt du public et la visibilité retombe du fait des désillusions. C’est un moment de vérité durant lequel se décide le maintien ou l’abandon des développements, en fonction de la foi des producteurs de la technologie tout comme celle des investisseurs.
  4. Le rebond, dit pente de l’illumination (Slope of Enlightenment), que l’on peut aussi traduire par compréhension ou révélation, se produit lorsque les vraies applications et bénéfices deviennent tangibles et compréhensibles, souvent grâce à un raffinement et une amélioration des premières générations.
  5. Le plateau de Productivité est atteint lorsque la technologie prouve sa viabilité commerciale et que les marchés potentiels assurent une rentabilité.

Pour une explication détaillée (en anglais) sur le modèle : http://www.ask-force.org/web/Discourse/Linden-HypeCycle-2003.pdf


Conclusion

Lorsqu’il a conscience de l’importance et des implications d’une décision par (nécessaire) anticipation, le décideur doit jauger si sa décision est fondée sur un scénario crédible et de réalisation probable ou s’il est influencé par un discours super enthousiaste (hype) dont l’issue est incertaine ou moins prometteur que les chantres exaltés ne l’annoncent. Le modèle Hype Cycle fournit un modèle pédagogique et un moyen mnémotechnique pour éviter de se laisser hyper sa décision.





Mise à jour le Mercredi, 01 Novembre 2017 09:56