Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Les promesses de l'impression 3D

Envoyer

Le principe même de l'impression en trois dimensions (3D) est simplissime, il suffit de superposer des couches de matière(s) avec un procédé d'impression pour obtenir un objet en volume. Pour rester dans la simplicité, imaginez une imprimante de type jet d'encre, mais qui projette d'autres matières que de l'encre d'impression sur du papier (voir en vidéo).

L'ajout de matière pour créer des objets fait appeler ces techniques "additive manufacturing" par opposition aux techniques soustractives (substractive manufacturing) par lesquelles on retire de la matière, par exemple d'un bloc de métal, pour créer une pièce, un objet.

Les potentialités de l'impression 3D sont intuitivement connues depuis relativement longtemps, mais depuis que ces technologies sont à la portée du grand public, elles ne cessent de se multiplier. En 2013, l'impression 3D pour les consommateurs était au sommet du pic Hype (Modèle Gartner). D'où la question : que valent les promesses de l'impression 3D ?


Tout, même l'impossible (?)

L'impression 3D permet d'élaborer toutes sortes d'objets, de volumes, des pièces monocorps complexes, impossibles à obtenir par moulage ou usinage. Ceci intéresse un nombre considérables d'acteurs :

  • les industriels pour du prototypage ou pour de la fabrication de pièces à haute valeur ajoutée en petites séries
  • les architectes pour leurs maquettes, produites directement à partir de leurs plans
  • les artistes qui peuvent explorer de nouveaux horizons
  • les constructeurs du bâtiments, qui comptent bien "imprimer" des habitations ou autres locaux avec de gigantesques imprimantes-portique à couler du béton
  • les chocolatiers, qui peuvent imprimer des pièces complexes en chocolat, sans les contraintes de moulage
  • les biologistes qui souhaitent recréer des pièces de rechanges humainement biocompatibles
  • les particuliers... pour concrétiser les bonnes et moins bonnes idées

Parmi les bénéfices vantés de l'impression 3D : la reproduction de pièces cassées ou introuvables, pour réparer tout ce qui vous tient à coeur. La reproduction va d'ailleurs poser rapidement des problèmes de propriété intellectuelle et de contrefaçons.

Si des exemples ingénieux ouvrent de grands espoirs, notamment en matière de prothèses bon marché, il y a des emplois inquiétant, tels ces fières démonstrations d'armes à feu, fonctionnelles et imprimées en résine et donc indétectables aux portiques de sécurité.


Obtenir ou créer les fichiers nécessaires

Mais avant de s'enthousiasmer sur les potentialités de la technologie et jouir de ses bénéfices, il faut avoir accès ou la capacité de créer les fichiers nécessaires à l'impression. Deux voies majeures semblent se dessiner :

  • l'échange ou l'acquisition des fichiers et modèles auprès d'individus ou d'organismes qui les créent ou les possèdent, une activité qui devient un business en soi. On imagine les échoppes équipés de scanners et imprimantes 3D, capables de reproduire des objets presque aussi simplement que l'on photocopie un document.
  • la création par chacun de tels fichiers, à partir de maquettes numériques à personnaliser ou ex nihilo. Dans ce cas, le business sera de procurer des outils de modélisation au grand public, des espèces de logiciels "photoshop" 3D, des sites de conception en ligne, des blogs spécialisés, etc.

Made-for-me à made-by-me

Le Hype autour de l'impression 3D est également entretenu grâce à la promesse de la personnalisation ultime : chacun créé lui-même ce qu'il souhaite. On passe ainsi de la conception et fabrication sur mesure réalisée par un tiers à une conception et fabrication personnelle, du made-for-me à made-by-me. Cette perspective qui ravit les pionniers (early adopters) et les geeks alimente les spéculations quant à l'impression 3D personnelle, aussi banale que celle à jet d'encre à à laser.

En attendant des solutions à prix raisonnables, des enseignes proposent l'accès à des imprimantes 3D pour la réalisation de petits objets, sans oublier les fab labs (laboratoires de fabrication).


Lecture complémentaire

Mon article "Impression 3D, prochain marché de masse de produits uniques ?" sur le Blog Business Performance


Vidéo


View Christian HOHMANN's profile on LinkedIn

Mise à jour le Samedi, 15 Novembre 2014 07:40