Christian HOHMANN

Depuis 1998 - 2018 20 ans déjà !

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Mars 2020

Envoyer

En ce tout début du mois de mars 2020 l’actualité est dominée par la pandémie causée par le coronavirus répondant au nom de COVID-19.

La recherche sur Google de “covid 19” le 1er mars au matin m’a proposé “Environ 503.000.000” résultats (en 0,48 secondes est-il précisé). Si COVID-19 avait ses comptes sur les réseaux sociaux, ce serait une star absolue, à n’en pas douter.

Plaisanterie à part, ce virus a déjà causé des dégâts humains et économiques significatifs et nous n’avons pas fini de compter les effets retardés.

Songez, les navires apportant marchandises et pièces de Chine en France mettent environ 30 jours à parcourir la distance. Une fois ces stocks consommés, il y aura un “trou” dû aux arrêts d’usines en Chine au plus fort de la crise intérieure (est-elle passée ?).

Pour les entreprises totalement dépendantes de ces approvisionnements, pas de chance. Et une bonne opportunité de s’interroger si elles sont simplement victimes ou un peu coupables aussi. D’ailleurs qu’en est-il de le Plan de Continuité d’Activité ? N’en ont-elle point ?

Mais les premiers coups de freins donnés par les grands acteurs, par prudence ou obligation, vont se propager le longs de leurs Supply Chains et vers les prestataires. Le secteur du conseil dont je relève fait régulièrement les frais des mesures conservatoires, des plans de contingence et d’économies prudentes.

Pas drôle pour les candidats en phase finale de recrutement à qui l’on retire brusquement le contrat en attendant de voir comment la situation se débloque. Pas drôle pour les nouveaux embauchés en période d’essai qui se demandent si un virus biologique aura un impact significatif sur leur carrière, à court terme...

Les salons professionnels de mars à mai ? Je ne parierais pas sur leur maintien.

Même pour les plus optimistes il peut y avoir des effets induits ; coup d’arrêt sur les déplacements professionnels, incitation à ne pas voyager en privé dans les zones “contaminées”, de plus en plus nombreuses...À l’heure actuelle, planifier ses congés d’été c’est prendre un pari..!

On peut imaginer que même si tout devait se remettre en ordre, les chaînes logistiques ne repartent pas instantanément. D’ici que les commerçants attendant la collection été doivent vendre de la demi-saison plus longtemps puis éventuellement brader la collection été arrivée trop tard...

Mais,

Si vous souhaitez lire, entendre ou voir autre chose que du COVID-19 je peux vous proposer :

Lire :

Ecouter :

Voir :

 Ne propagez pas d'infox à propos du coronavirus, partagez plutôt mes publications...


Mise à jour le Lundi, 02 Mars 2020 05:14  

Syndication