Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Juin 2014

Envoyer

Le mois de mai a été un petit mois. Cette année, le mois de mai est favorable aux salariés par le nombre de jours fériés et de ponts qu’il autorise. Cela pourrait préfigurer notre futur dans lequel nous travaillerions nettement moins, voire plus du tout, à mesure qu’un nombre croissant de tâches seraient automatisées, confiées à des programmes informatiques, à des robots, à la technologie.

Dans ce futur, le travail en tant qu’activité pourvoyeuse de revenus et d’occupations diminuerait, laissant davantage de temps à.. à quoi ?

Et comment, dans un monde avec encore moins d’emplois, assurer ses revenus ?

Ce futur est à construire. Il pose encore plus de questions que nous pouvons y apporter de réponses. Le problème est que ce futur semble arriver rapidement et que (trop) peu de personnes y prêtent attention. Ce n’est pas tant ce futur qui pose problème, mais la transition de nos habitudes et références vers quelque chose d’autre qu’il est difficile d’appréhender.

Des innovations et des expériences nouvelles sont en cours. L’économie de propriété bascule discrètement dans l’économie du partage et l’économie collaborative.

A titre d’exemple, les véhicules se louent au besoin mais ne s’achètent plus nécessairement : Vélib, Autolib, location de véhicule particulier à des particuliers, etc.

L’économie collaborative progresse : crowdsourcing, coworking, crowdfunding

Certaines analyses prospectives laissent à penser que nos besoins seront couverts à faible coût du fait de l’automatisation croissante et du basculement dans une autre économie, ce qui devrait rassurer quelque peu sur les sources de revenus futurs, qui seront d’autres natures qu’essentiellement salariales.

En réfléchissant à ce futur durant mes congés, les circonstances m’ont inspiré l’article Echangeriez-vous Maria pour un robot?

Les statistiques de lectures après quelques semaines semblent montrer que le sort potentiel de Maria n’émeut guère les foules, peut-être parce qu’elles-mêmes se sentent menacées par la technologie ?



Mise à jour le Dimanche, 15 Juin 2014 07:54