Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Usine du futur - Industrie 4.0 Manufacturing as a Service (MaaS)

Manufacturing as a Service (MaaS)

Envoyer

Manufacturing as a Service (MaaS) est un concept d’organisation dans lequel l’entreprise qui propose un produit ne dispose pas des moyens de le produire mais achète la production comme une prestation qu’elle pilote.


Piloter une fabrication louée

Manufacturing as a Service (MaaS) est un concept d’organisation qui peut être considéré comme une phase plus avancée d’une organisation Fabless.

Avec MaaS, l’ensemble de la fabrication, assemblage et même distribution est externe à l’entreprise, assurée par des prestataires spécialisés. Ces prestataires proposent des moyens de production et de stockage, éventuellement de distribution comme des ressources utilisables à la demande et facturées selon l’utilisation.

Ce concept peut devenir réalité dans un environnement industrie 4.0 dans lequel les ressources sont interconnectées et leur pilotage possible à distance, via Internet par exemple.


L’intérêt de MaaS

Avec une personnalisation croissante des produits, les organisations de production traditionnelles, fondées sur un volume de produits faiblement différenciés, peinent à répondre aux nouvelles exigences de manière économiquement viables.

L’idée est alors de scinder la conception – design de la production. Les entreprises créatrices se concentrent sur l’élaboration du produit, tandis que les entreprises de production se spécialisent dans la mise à disposition de moyens « loués » aux premières selon leur besoins.

Ces ressources de production mutualisées jouissent alors d’un effet de masse, qui n’est plus celui des high-runners (produits vedettes demandés en grandes quantités), mais la masse des niches que représente l’ensemble des produits fortement différenciés et/ou personnalisés (low-volume, high mix).

Pour les entreprises créatrices, les coûts de production sont alors transformés en coûts de prestations, en principe totalement variables (le coût est directement proportionnel ou directement fonction du volume produit).

Les productions peuvent être lancées à la demande, jusqu’à un flux tiré unitaire ; toute unité vendue dans un point de vente déclenche automatiquement une demande de production pour recomplément.

La reconfiguration dynamique et idéalement sans perte de temps ni matière des ressources autorise l’enchainement de productions totalement indépendantes et supprime ainsi les regroupements par lots et les besoins d’ordonnancement.

Une production MaaS suffisamment réactive supprime également le besoin de prévisions et les stocks qui en découlent. (voir à ce propos le tryptique Réactivité, Stocks, prévisions)

De manière plus générale, toutes les contraintes liées à la production physique sont rejetées vers le prestataire MaaS, autorisant des structures d’entreprises créatrices extrêmement Lean et agiles.


A quoi peuvent ressembles des unités de production MaaS ?

La première structure envisageable et une structure spécialisée par type de produits homogènes. Des tablettes numériques par exemple.

Les tablettes sont constituées de macro-ensembles tels que la dalle tactile, le boitier, la carte mère, ainsi que d’un système d’exploitation et d’applications chargées d’origine. Chacun de ces macro-ensembles est disponible en différentes versions :

  • Dalle : taille, traitements anti-reflet…
  • Carte mère : architecture, processeur(s), capacité mémoire…
  • Boitier : taille, couleur, finition..

Le pilotage de la production consiste alors à assembler des unités physiques à partir de briques de base et de les personnaliser par le contenu logiciel, éventuellement complété par des éléments de décors externes (logo, décoration, etc.).

Des cellules d’assemblage flexibles peuvent enchainer l’assemblage de modèles de tablettes différents et flasher les logiciels spécifiques, en lisant les listes de commandes que leur adressent les clients créateurs. D’autres cellules, qui leur sont accouplées, peuvent tester les tablettes selon les spécifications de test fournies par les clients créateurs. Un troisième type de cellule conditionne les tablettes dans les emballages, dont les éléments de décors et les mentions variables sont imprimés à partir de fichiers graphiques également fournis par les clients créateurs.

Les commandes sont ensuite agrégées par destinations grâce à des lignes de tri, puis expédiées.

Ce type de MaaS repose sur une forte communauté de composants au sein de laquelle le client créateur assemble ses combinaisons puis les personnalise par les logiciels embarqués et les éléments de décor.

Si les produits ne sont que partiellement personnalisables (une combinaison parmi n), cette limitation est contrebalancée par les économies d’échelle réalisés en massifiant les composants (macro-ensembles).

Un autre type de MaaS, plus simple et qui est déjà une réalité, est fait de ressources spécialisées produisant un produit fini à partir d’une matière première unique ou de quelques matières de base. Typiquement une imprimante 3D apte à produire tout type d’objets à partir d’une résine unique ou d’un choix de résines.

On pourrait alors imaginer des micro-fonderies, dont le moule serait virtuel ou modifiable à souhait à partir de modèles informatiques. La matière injectée (aluminium, fonte…) serait alors transformée en pièces et objets personnalisés de formes et dimensions diverses.


Production de masse avec des MaaS

Une production de masse, la notion de « masse » restant à définir, est possible avec les MaaS, soit en enchainant séquentiellement autant de cycles que nécessaire sur une cellule, soit en utilisant en parallèle des cellules identiques. Le choix de cette organisation pourrait mettre être défini automatiquement par le producteur, en fonction des impératifs de livraison de ces différents clients, l’optimisation locale de ses moyens restant à sa discrétion.


Côté MaaS

Le prestataire MaaS doit assurer à ses clients la production de produits conformes aux spécifications envoyées à ses ressources. Cette garantie étant identique à celle qu’un imprimeur garanti à ses clients qui ont signé le bon à tirer ; les fichiers caractérisant les produits et configurant les procédés étant fournis par le client, ce dernier est seul responsable du « rendu final ».

Le prestataire MaaS doit également garantir la confidentialité quant aux informations transmises car elles décrivent extensivement les caractéristiques des produits.

Le prestataire MaaS se doit de garantir les fonctionnalités prévues ; les imprimantes 3D sont bien capables d’imprimer tel que cela est décrit/vanté et finalement contracté, etc.

Un certain nombre de prestations garanties peuvent être proposées en options payantes :

  • La capacité réservée,
  • La garantie de livraison à date sous condition de…
  • La mise à disposition prioritaire des ressources sur réquisition
  • Etc.

Le prestataire MaaS investit et maintien ses équipements tant fonctionnellement qu’au niveau technologique. Ces charges n’incombent plus aux clients, qui ne sont plus limités par des moyens de production détenus en propres qui seraient obsolètes, inaptes, indisponibles, etc.


Mise à jour le Dimanche, 29 Juin 2014 05:32