Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Usine du futur - Industrie 4.0 Smart industries 2015 plus concepts que réalités

Smart industries 2015 plus concepts que réalités

Envoyer

Voici quelques impressions personnelles et très subjectives de ma visite du salon Smart Industries qui s’est tenu le du 15 au 17 septembre 2015 à Paris.


A dire de connaisseurs, le hall 2.2 du parc des expositions de la Porte de Versailles est à la Hanover Messe (la référence européenne en matière de salon concernant l’industrie) ce qu’un kiosque à journaux est à un hypermarché. 

C’est également un fait que reconnaît le rédacteur en chef du magazine “Smart Industries”, en des termes plus nuancés toutefois et cherchant à convaincre qu’il y avait une French touch dont le salon allemand est dépourvu (et dont à mon avis il se passe fort bien..!).

C’est un début et on a l’industrie que l’on mérite. Honnêtement je n’en attendais pas tant, sachant que le salon ne serait pas à Villepinte où se tiennent habituellement des salons professionnels d’une certaine ampleur.

De vieilles solutions rebaptisées "du futur"

L’industrie du futur, vantée sur tous les stands, était néanmoins difficile à voir parmi les solutions déjà connues de supervision, de CAO, MES, de transitique et robots industriels et traitement de données avec big data, toutes repeintes en “du futur”.

Commençons par les notes les plus positives

La robotique collaborative était la représentante la plus nombreuse et la plus convaincante, à deux réserves près : le chariot autoguidé dans l’allée qui a ignoré mon pied et m’a raboté la chaussure (qui n’était pas de sécurité, il est vrai) et le robot Fanuc - un Géant Vert - qui peut opérer avec un humain dans son volume, mais qui ne s’est pas arrêté aussi promptement que je l’attendais lorsque je lui ai opposé ma main.

D’après un ami, très qualifié pour porter ce jugement, certaines conférences étaient de bon niveau.

A juger par les groupes d’étudiants dans les allées et autour de certains stands, l’objectif d’attirer des jeunes gens vers un secteur d’activité plutôt mal aimé a peut-être été atteint.

Au niveau des déceptions:

Aucune solution d’additive manufacturing, pas même une modeste imprimante 3D. S’il y en avait une, je ne l’ai point vue.

Un commercial baratineur à qui je demandais de me montrer les solutions de communication machine-to-machine, sans fil ai-je du préciser, m’a répondu que les PC fonctionnaient tous en wi-fi, tandis que son collègue plus expert me vantait les solutions dans le “Kloude” (Cloud à prononcer comme je l’ai écrit en insistant bien sur le e final). Et tous deux oeuvraient pour un grand nom de l’automatisation...

Autre déception, le salon “enova” se tenait une semaine plus tard au même endroit, mais au lieu de jouer la synergie et la massification, les organisateurs les ont tenus dissociés.

Je n’ai pas pu assister à enova et me demande combien de visiteurs ont fait l’effort de se déplacer deux fois.

Une faiblesse relevée plus généralement par les Echos :

Pour promouvoir l’initiative française, Bercy souhaite également monter un événement international sur le modèle de la Foire d’Hanovre. L’Hexagone dispose de plusieurs Salons, comme Smart Industries, Industrie ou le Midest, représentant 250.000 visiteurs. L’idée serait d’essayer de les regrouper. Mais chaque Salon étant une initiative privée, la chose n’apparaît pas évidente.

http://www.lesechos.fr/pme-regions/actualite-pme/021326313034-premier-bilan-pour-le-plan-industrie-du-futur-1155475.php?7hcVHrWXptVAoxYa.99

Aucun bilan pour ces deux salons n’est disponible à la date de publication de ce billet.

Au final

Au final, et malgré le ton cynique du billet, j’essaye de me convaincre que c’est une exposition “beta” ou “pilote” et que les suivantes devraient monter en niveau.

Mais c’est également l’espoir que je place sur le salon annuel de la photo de Paris qui depuis des années fait mourir de rire les visiteurs de la photokina à Cologne.

Ce que je retiens est que l’usine du futur et industrie 4.0 restent pour l’instant plus des concepts que des réalités déjà réellement “visibles”.

L’argumentaire commercial, lui, n’est pas en retard pour redorer de vieilles solutions. Y compris outre-Rhin.


View Christian HOHMANN's profile on LinkedIn    








Mise à jour le Dimanche, 11 Octobre 2015 07:29