Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Internet des objets

Envoyer

L’Internet des objets désigne l’interconnexion de tous les objets physiques au travers d’Internet. Ces objets interconnectés pourront communiquer entre eux et avec leur environnement.


De nombreux objets intègrent déjà du logiciel mais ne sont pas connecté à Internet. L’exemple simple est la cafetière, qui pour les modèles les plus sophistiqués intègrent déjà du logiciel (affichage de l’heure, programmation de la mise en route, lecture des codes-barres de capsules, etc.) mais elle ne communique pas encore (?) via une application sur smartphone pour être pilotées à distance ou pour émettre des messages au propriétaire, ni avec d’autres objets dans son environnement pour qu’ils coordonnent leurs tâches.

Au-delà des exemples d’applications simplistes, destinés à vulgariser le concept, l’Internet des objets préfigure des cas d’usages à réelle valeur ajoutée.


Ville du futur

L’interconnexion et la communication de tous les véhicules routiers (voitures, bus, camions, bicyclettes ...) présents dans un périmètre défini, entre eux et avec une infrastructure permettra par exemple d’ajuster dynamiquement le fonctionnement des feux aux carrefours pour fluidifier la circulation, d’afficher des informations en temps réel sur l’état de la circulation et de renvoyer ces données sur les véhicules dans la zone.

Domotique

Les applications domotiques existent déjà depuis relativement longue date. Il est possible de programmer le chauffage ou la fermeture/ouverture de volets roulants, y compris à distance via des applis sur smartphone ou tablettes. Mais aucun des volets roulants ne communiquent avec les thermostats de chaque radiateur, ni avec le système de climatisation.

Avec l’Internet des objets et une application coordinatrice, ces éléments du confort thermique domestique pourront "discuter" entre eux et se coordonner pour trouver la meilleure configuration pour un confort thermique optimal et une consommation d’énergie minimale. De plus cet ajustement est dynamique, ce qui autorise une reconfiguration adaptée durant les journées d’hiver durant lesquelles le soleil se montre par intermittence, par exemple.

Usine du futur

En industrie, dans les usines du futur, les machines communicantes, interconnectées entre elles, avec leurs extensions (moules, outils…) et avec les pièces ou matières qu’elles traitent permettra d’auto-optimiser les opérations :

  • Auto-configuration des machines en fonction des caractéristiques des pièces et/ou des outils et matières
  • Ajustement de l’usinage en fonction des caractéristiques des matières, de l’usure de l’outil
  • Demande automatique de maintenance, émises par les machines, les outils ou les moules eux-mêmes, en fonction de paramètres prédéfinis

L’établissement d’un Value Stream Map (VSM) pourrait bientôt se faire de manière automatique, le produit référence étant soit taggé soit déjà communicant, il peut renseigner sur son parcours (coordonnées GPS ou déplacements relatifs à un point de référence), son temps d’arrêt à chaque « station » et l’identification des équipements sur lequel il a subi un traitement (Machine M23, testeur T12, four F5, etc.). Les machines et équipements du processus peuvent elles aussi communiquer des données utiles au VSM : temps de cycle, taille de lot, taux de rebut, etc…

Il suffit ensuite d’un logiciel qui dépouille l’ensemble de ces données et représente la cartographie résultante pour obtenir un VSM sans qu’un analyste passe un temps éventuellement considérable à rassembler les données de base. Ce logiciel pourrait pré analyser cette cartographie est fournir ainsi une première cartographie avec des alertes à propos de sous-performances ou opportunités d’améliorations.

L’analyste et le travail de groupe avec les acteurs du secteur demeureraient indispensables, les capteurs de l’Internet des objets ne pourront pas saisir tout ce que les humains perçoivent. Du moins pas tout de suite.

Les objets communicants, l'Internet des objets sont des prérequis du concept industrie 4.0.


Des capteurs et des récepteurs

Rendre les objets intelligents et communicants suppose leur donner des capacités sensorielles (température, mouvement, humidité, luminosité…), au-delà des seules capacités de mémorisation des étiquettes RFID. Une fois les objets dotés de ces capacités, les applications deviennent quasi infinies.

Avec des capteurs multifonction et une centrale de réception des signaux, on peut rendre les objets inertes du quotidien communicants, comme vanté dans cette vidéo promotionnelle.

>Plus d'objets communicants




Mise à jour le Jeudi, 16 Janvier 2014 04:57