Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Le changement

Envoyer

Christian HOHMANN Les entreprises sont des organisations mises en place par des investisseurs qui espèrent faire fructifier leur investissement en servant une clientèle. Cette clientèle satisfaite injectera de l’argent frais qui permettra de couvrir l’ensemble des dépenses de fonctionnement et de production, de dégager des profits qui serviront aux investissements futurs et à la rémunération du risque pris par les actionnaires.

>voir à ce propos la vidéo "réhabiliter la notion de bénéfice"  

Pour que l’entreprise puisse servir ses clients, il faut du personnel. Celui-ci échange ses compétences et ses contributions à la finalité et aux objectifs de l’entreprise contre une rémunération.

L’entreprise est donc un système dans lequel interagissent trois parties prenantes de base :

  • clients
  • actionnaires
  • personnels

Les aspirations attentes et désirs, ainsi que la vision de chacune de ces parties prenantes sont différentes et spécifiques.

Le système entreprise ne peut fonctionner qu’avec un degré suffisant de compromis entre des objectifs souvent contradictoires entre les parties :

  • Les clients souhaitent la meilleure qualité et la satisfaction rapide de leurs besoins au moindre prix
  • les actionnaires souhaitent la rémunération maximale de leur prise de risque et la valorisation de leur capital, ce qui ne peut se faire qu’en limitant les dépenses et en augmentant les prix
  • Les personnels souhaitent la meilleure rémunération et les meilleures conditions de travail possibles en limitant leur propre investissement en temps, afin d’en conserver pour leurs activités propres (famille, loisirs..) 

Lorsqu’à un moment l’équilibre est rompu, seul un changement consenti par les parties permet la continuité du système. D’où le paradoxe : le changement est nécessaire pour assurer la constance.

Les besoins d’ajustements sont constants et nombre d’entre eux se produisent sans soucis particulier. Certains posent problèmes car jugés inacceptables par l’une ou l’autre des parties, ce qui peut nécessiter de la médiation ou le management du changement.

Par ailleurs, l’entreprise se trouve dans un écosystème avec de multiples acteurs externes qui interagissent et influencent directement ou indirectement son fonctionnement : concurrents, autorités publiques, autorités de tutelle, riverains, voisins, citoyens, organismes certificateurs, associations, etc.

De nombreux autres facteurs influencent, pèsent, contrarient et contraignent l’entreprise et par voie de conséquences les parties prenantes : évolutions sociologiques, évolutions des textes réglementaires et/ou des normes, conjoncture économique, catastrophes, évolutions technologiques, etc.

Certaines de ces interactions et circonstances sont prévisibles, d’autres complètement aléatoires et inattendues.

A chaque fois des ajustements, des changements sont nécessaires, sous peine de ne plus pouvoir fonctionner. Ainsi, Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. (Bouddha) bien que “Le monde déteste le changement, c'est pourtant la seule chose qui lui a permis de progresser.” (Charles F. Kettering, inventeur américain).

Le changement n’est intrinsèquement ni bon ni mauvais, il survient tout simplement. Chacun jauge ensuite ce qu’il peut y gagner et ce qu’il pense y perdre, souvent trop vite et avec trop peu d’information et d’analyse. C’est là que le management du changement prend son sens, pour assurer une transition apaisée vers un futur que l’on ne peut pas toujours influencer mais qu’’à défaut de rendre désirable, on peut rendre acceptable.


View Christian HOHMANN's profile on LinkedIn

Mise à jour le Vendredi, 10 Octobre 2014 14:04