Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Layers of resistance to change - les obstacles

Envoyer

Lorsqu’une solution adéquate, vraisemblable et viable est proposée, il est fréquent qu’elle se heurte à une série d’arguments énumérant tous les obstacles qui s’y opposent ou s’y opposeront.


Résistance layer 5

Cette posture de « oui, mais… » peut avoir diverses origines et causes. Ce type d’objection peut trouver son origine dans une expérience préalable non concluante, dans laquelle les individus se sont heurté aux obstacles qu’ils décrivent, sans savoir su ou pu les démonter, les contourner ou les neutraliser :

  • absence de budget spécifique
  • opposition des employés, des représentants du personnel
  • temps disponible

C’est également une objection typique des individus qui se persuadent de l’existence de difficultés réelles ou supposées (mythes et réalités) sans avoir établi leur réalité ni les avoir analysées en détail.

L’environnement dans lequel la solution est supposée être déployée peut être vu comme incompatible ou « toxique », ce qui obère sa mise en œuvre et/ou sa pérennité.

  • La conviction que « chez nous c’est différent / c’est compliqué »
  • La direction / les personnels n’accepteront pas

Cela est également souvent le signe d’un combat d’arrière-garde d’individus qui perçoivent la rationalité de l’analyse et la robustesse de la solution, ainsi que la disparition de plus en plus probable du statu quo qui a leur préférence.

Ne pas croire au grand YAKAFOKON

L’état futur décrit dans un FRT (Future Reality Tree), y compris lorsque les éventuelles branches négatives (NBR) sont identifiées et prévenues, peut apparaitre comme trop beau, trop simple pour être vrai.

Le volontarisme et la motivation des promoteurs du changement peut sembler teintée d’angélisme et relever du « il n’y a qu’à… il faut qu’on… ».

Cette posture d’apparente désinvolture face aux difficultés dans l’exécution d’un plan est souvent reprochée aux décideurs et supérieurs hiérarchiques qui donnent à leurs subordonnés la direction et les objectifs, ainsi que la responsabilité de l’exécution, sans considération pour la charge ou les ressources nécessaires.


Surmonter la résistance du layer 5

Pour contrer ces freins puissants que constituent les obstacles, les Thinking Processes proposent le Prerequisite Tree (PRT). Celui-ci utilise la propension naturelle, pour ne pas dire le talent, des individus à identifier toutes les difficultés et obstacles qui s’opposent à la mise en œuvre d’un plan d’actions.

A chaque obstacle identifié est affecté un objectif intermédiaire (Intermediate Objective IO) à atteindre pour neutraliser ou contourner l’obstacle et progresser vers l’objectif.

Un obstacle est une entité existante dans la réalité actuelle qu’il faut éliminer ou contourner. Un obstacle peut également être une entité nécessaire mais manquante à la réalisation de l’objectif (manque de budget suffisant, par exemple) et qu’il faut obtenir / mettre en place.

Le Prerequisite Tree (PRT) identifie, comme son nom l’indique, l’ensemble des conditions prérequises pour l’atteinte d’un objectif, sous forme d’objectifs intermédiaires (IO). Ces conditions étant identifiées, la crainte des obstacles n’est plus une objection valide à l’engagement des actions.



View Christian HOHMANN's profile on LinkedIn

Mise à jour le Mardi, 07 Octobre 2014 12:33