Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Future Reality Tree

Envoyer

Un Future Reality Tree (FRT), comme son nom l’indique est un arbre qui permet de visualiser l’état futur. Il répond à la question “vers quoi changer ?” ou “changer pour quoi ?”.


Christian HOHMANNSommaire


Future Reality

Un FRT utilise la logique “sufficiency” (implication) pour produire des effets désirables. Sa structure est similaire au Current Reality Tree (CRT), mais diffère de ce dernier par la proposition d’actions, de politiques et de changements de comportements “injectés” dans l’état actuel (ou réalité) pour aboutir à l’état futur. Un FRT se construit du bas vers le haut, alors que le CRT se décrit du haut (UDEs) vers le bas, jusqu’à la cause racine.

>A propos du jargon<

La raison est simple ; les causes de bas niveau identifiées dans un CRT, a fortiori la cause racine, influencent fortement toute l’arborescence des effets qui leur sont liés. Ainsi, tout changement visant à corriger, éradiquer une cause d’effet indésirable propagera son effet “vers le haut”. Au sommet du FRT se trouvent les effets désirables (Desirable Effects, DE), qui sont le plus souvent les négations des UDEs.


Les injections

Ceci s’obtient en combinant les causes réelles avec des injections, qui sont des entités (actions ou conditions) qui n’existent pas encore, mais qui sont nécessaires pour corriger l’état actuel, le transformer en état futur désirable ou cible.

Les injections sont de véritables paramètres variables qui permettent de simuler et d’étudier différents scénarios.

Il est recommandé de “simuler”, d’explorer des scénarios alternatifs, afin de ne pas tomber dans le piège usuel des solutions toutes faites. La création d’un FRT est un exercice créatif et la première solution n’est pas nécessairement la meilleure.

Les injections sont toujours des points d’entrée (elles n’ont pas de cause dont elles sont l’effet) et se distinguent des autres entités par leurs coins carrés. Elles doivent leur nom à l’analogie avec les injections de remèdes pour soigner - idéalement guérir - un mal.

Autres éléments d’un FRT

Outre les injections, un FRT est construit avec des entités existantes, telles que celles décrites dans un CRT. Ces entités sont des points d’entrée d’un FRT et en principe ne se retrouvent pas dans le corps de l’arbre. Le FRT contient également des entités nouvelles, qui n’existent pas dans l’état actuel, généralement conséquences d’une entité existante et d’une injection.

Positive Reinforcing Loops

Des boucles d’amplification positive (Positive Reinforcing Loops) assurent la pérennité du système. Il s’agit de suivre, de monitorer et corriger le cas échéant les solutions mises en place afin d’éviter leur étiolement, leur abandon, etc. Concrètement, une boucle d’amplification positive est une relation d’une entité haut perchée dans le FRT qui renforce une cause plus basse.

Exemple : le succès issu des propositions des personnels, valorisé par le management renforce leur confiance et leur motivation et par conséquent leurs contributions.

Negative Branch

Les effets pervers ou inattendus se manifestent par des branches négatives (Negative Branch). Leur description dans un FRT permet d’identifier à partir de quelle entité la branche se développe et ainsi mettre en oeuvre des mesures pour la contrecarrer. Une branche négative est une variété de Réserve Légitime, à savoir un effet prédit (Predicted Effect). Elle n’est pas utilisée dans ce cas pour démontrer l’existence d’une cause, mais un potentiel effet négatif d’une injection.

Les branches négatives sont le plus souvent découvertes ou “intuitées” par des tiers et non pas par l’auteur de l’arbre.

Obstacles

Les obstacles sont des difficultés à implémenter les injections. Les obstacles peuvent être confondus avec une branche négative, notamment selon le point de vue des réviseurs.

Exemple : un projet personnel de voyage bute sur le coût. Si la conséquence de l'achat de ce voyage est l'abandon d'un autre projet important, cela peut être une branche négative. Si la conséquence est une remise à plus tard de l'autre projet en attendant que les économies regonflent les réserves, cela peut être qu'un obstacle.

Les obstacles sont traités à l'aide du Prerequisite Tree.

Connecteurs ET (ellipses)

Bien entendu, les connecteurs logiques ET se trouvent également dans un FRT, ils y sont majoritaires puisque les injections se combinent avec d’autres entités. Une flèche isolée est suspecte, il manque éventuellement une injection ou une réalité non décrite.

Pour tester la robustesse de la relation et l’éventuelle cause manquante, partez de l’effet sur lequel pointe une flèche unique et interrogez-vous : cet effet est-il intégralement du à cette unique cause ?

>Retour au sommaire<


Cas d’emploi

Le FRT est un simulateur qui permet d’appréhender les effets des décisions qui à ce stade ne sont pas encore prises. Ainsi, les cas d’emploi sont :

  • Tester des idées, options et décisions avant d’engager la moindre ressource et le moindre changement réel
  • Établir un plan stratégique
  • Vérifier les impacts de changements ou solutions localisés sur l’ensemble du système, typiquement les effet de la mise en place d’une politique (achats, maintenance, relative aux dépenses ou aux remboursements, etc.)
  • Vérifier si les changements attendus ne produiront pas de nouveaux effets indésirables (UDEs) ou de nouveaux problèmes
  • Communiquer sur l’état futur visé envers les décideurs et parties prenantes, ou pour prévenir “diplomatiquement” des effets négatifs, voire pervers de ce qui est prévu
  • Servir de base à la planification des actions à engager

Définir la finalité d’un FRT permet de focaliser les contributions des personnes impliquées et d’aboutir à une analyse pertinente.

Autant la description de l’état actuel (CRT) représente peu de risques pour les individus, sauf à ne pas être satisfaits des conclusions, autant le changement est générateur d’angoisses, de doutes, de peurs, etc. La simulation et les précautions prises au travers du FRT évitent de se précipiter dans l’action et de devoir arrêter, réviser, réorienter les efforts faute de préparation suffisante ou du fait de l’apparition de nouveaux problèmes et effets indésirables.

Exemple de FRT

Dans l'étude de cas Alpha, je montre la construction d'un FRT

>Retour au sommaire<


Construire un FRT

Si le FRT succède à un CRT, un certain nombre d’UDEs sont déjà listées. Les effets désirables sont le plus souvent l’inversion des UDEs ; à l’UDE “les revenus sont trop faibles” correspond “les revenus sont suffisants”. Si le FRT est engagé sans analyse préalable, il faut lister les effets désirables attendus. Les DE sont placés au sommet de l’arbre, plus ou moins à la place de leurs UDEs relatives.

Dans tous les cas, chemin faisant, il faut également lister les nouveaux effets indésirables qui peuvent être induits.

Pour que l’état futur qui est une cible devienne réalité, il faut induire un changement. Celui-ci s’opère au travers des injections. Les injections sont des solutions ou contremesures envisagées. Elles sont formulées au présent, comme si les solutions étaient déjà en place. Les injections peuvent provenir d’une analyse structurée (CRT, CRD), d’un brainstorming, s’imposer naturellement, etc.

Un autre vecteur d’amélioration sont les objectifs issus d’un Conflict Resolution Diagram (CRD). Se sont les pendants des core problems identifiés dans un CRT. Ces objectifs sont repris dans le FRT, ainsi que les exigences (requirements) associées.

La construction du FRT démarre avec l’injection principale à la base, depuis laquelle on trace les relations causales vers les DE au somment, en utilisant la logique “si...alors...”. Les injections sont combinées avec les entités de la réalité actuelle (celles du CRT en principe) pour produire un effet attendu. On injecte autant que nécessaire pour arriver à connecter la base au sommet de manière robuste au travers d’une chaîne effet-cause-effet.

La construction de chaque nouvelle relation doit passer le test des réserves légitimes (CLR).


Vérifier l’existence de branches négatives

Pour chaque injection et chaque effet attendu, il faut se poser la question si une résultante de ces modifications pourrait être un autre effet et si celui-ci est indésirable. Cette vérification est une phase en soi, très importante. Elle garantie la robustesse des solutions retenues, que le remède ne sera pas pire que le mal. Cette anticipation des effets négatifs collatéraux (Negative Branch Reservation, NBR) est un vrai point fort par rapport à d’autres méthodes de résolution de problèmes.

Les participants à l’exercice ont souvent une propension à positiver et à ignorer les effets pervers potentiels des solutions qui les séduisent et qu’ils préconisent. Par ailleurs il se peut que les effets soient induits hors de la zone de maîtrise ou même d’influence des participants, d’où l’intérêt d’ouvrir la vérification à d’autres parties prenantes.

Si une branche négative apparaît, il faut la neutraliser, soit en injectant de manière complémentaire, soit en changeant l’injection qui lui a donné naissance.

Voir un exemple de >branche négative<

>Retour au sommaire<

 

View Christian HOHMANN's profile on LinkedIn

Mise à jour le Lundi, 06 Avril 2015 07:18  

Sujets similaires