Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Logical Thinking Process - Thinking Processes Layers of resistance to change - les effets négatifs

Layers of resistance to change - les effets négatifs

Envoyer

Bien des solutions attractives se sont révélées catastrophiques après mise en œuvre, car la focalisation sur quelques symptômes d’un problème n’a pas permis d’entrevoir des effets secondaires ou une analyse scrupuleuse de risques n’a pas été faite (ce qui est rarement le cas).

Plus une solution est en rupture avec les solutions connues ou communes, plus la crainte d’effets inconnus est importante et légitime.


Surmonter la résistance du layer 4

A ce risque, les Thinking Processes de la Théorie des Contraintes n’opposent pas un nouveau type d’arbre ou de diagramme, mais une revue critique scrupuleuse, précisément destinée à tester l’apparition d’effets négatifs dans un Future Reality Tree (FRT). Cela s’appelle Negative Branch Reservation (NBR).

Un cas de NBR est >présenté ici<

Les Thinking Processes, au travers de leur approche scrupuleuse et des relectures critiques des analyses (voir à ce propos les Categories of Legitimate Reservation, CLR), aboutissent à des solutions plus exhaustives et plus robustes que les approches de bon sens, quand bien même celles-ci sont soutenues par des outils tels que le PDCA, le diagramme causes-effet, DMAIC et autres.

Un interlocuteur soucieux quant à d’éventuels corollaires négatifs peut être aisément rassuré par une analyse initiale robuste et/ou par un complément (injections) en fonction des cas qu’il cite.





View Christian HOHMANN's profile on LinkedIn

Mise à jour le Mardi, 07 Octobre 2014 12:32