Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Théorie des contraintes (ToC) Throughput Accounting Throughput Accounting, études de cas2

Throughput Accounting, études de cas2

Envoyer

Exemples de raisonnements basés sur les principes du Throughput Accounting

La comptabilité traditionnelle renforce les contrôles aux endroits où des pertes d'argent peuvent potentiellement survenir, tels qu'au service Achats, la paye, les investissement et la gestion des liquidités.

Le Throughput Accounting (TA) ne se soucie que de l'exploitation maximale du goulot et se rapproche bien davantage des réalités opérationnelles en se focalisant sur le contrôle de la capacité disponible, la minimisation du temps d'indisponibilité, le ratio production réelle / production attendue, ne pas générer de surproduction ni produire des références non attendues.

La non-qualité après le goulot représente une perte intégrale (ou un surcoût dans le cas de nécessité de retouche) et constitue également un point de contrôle pour la gestion, tout comme la protection du goulot par le monitoring du buffer placé devant lui et la surveillance des approvisionnements critiques.


Les exemples présentés dans cette page sont adaptés ou inspirés du
podcast n°46 de Steve Bragg http://www.accountingtools.com/podcasts/



Situation initiale

Soit une entreprise imaginaire dont un des ateliers produit le célèbre et imaginaire Azyklon, que pour des raisons de convenance nous appellerons produit A, et du Butiklar (tout aussi imaginaire, noté B) à l'aide de lignes de production comportant un procédé goulot dont la capacité hebdomadaire est de 4.000 minutes.


Le tableau ci-dessous récapitule les autres données.

Le produit A génère 10 € de Throughput et nécessite 5mn de goulot par unité produite. La minute de goulot génère ainsi 10/5=2€/mn.

Le produit B génère 20 € de Throughput et nécessite 4mn de goulot par unité produite. La minute de goulot génère ainsi 20/4=5€/mn.

La demande hebdomadaire est de 500 unités de chacun des produits.




5. Le coût des pauses non remplacées

Les opérateurs prennent 200mn de pause par semaine, durant lesquelles la machine goulot s'arrête (ils prennent les pauses ensembles, sans remplacement).

200mn/ semaine = 200/5 jours = 40mn / jour

a) Pas d'alternative possible

Si aucune alternative n'est possible du fait par exemple de l'habilitation nécessaire pour travailler à cet endroit ou comme dans les zones stériles de laboratoires pharmaceutiques, le temps d'habillage d'une équipe de remplacement est très important, alors il faut ordonnancer la production pour que les pauses affectent les produits A. Ceux-ci ne génèrent qu'un Throughput de 2€/mn contre 5 pour les B. L'impact des arrêts pour pauses sera ainsi minimisé.

b) L'intérim est envisageable

200mn à 2€/mn = 400€/semaine, si la solution d'intérim coûte moins de 400€ / semaine, la solution du remplacement est gagnante.

6. Le contrôle de gestion prétend que le produit A est vendu à perte

Le contrôle de gestion affecte une quote-part de coûts fixes de 11€ à chaque unité A produite, ce qui fait apparaitre une marge négative d'un euro. Les contrôleurs de gestion suggèrent d'arrêter la fabrication de cette référence.

a) Ignorer l'allocation des coûts fixes

Si la recommandation des contrôleurs de gestion est suivie, notre goulot perd l'opportunité de générer 5.000€ de Thoughput / semaine (10€/ unité x 500). Or le Throughput est une valeur réelle et incontestable (Prix de vente - coûts totalement variables), alors que l'allocation des quote-part est souvent discutable (validité des clés de répartition, des hypothèses, etc.).

b) Substituer un produit plus rentable à A

S'il existe une opportunité de substituer au produit A un autre produit au Throughput plus élevé (> 2€/mn), le choix est trivial, il faut "tuer" le produit A au profit du nouveau produit.

7. Soulager le goulot avec des ressources disponibles

On peut améliorer l'exploitation du goulot en mettant en oeuvre des ressources disponibles moins efficientes, car celles-ci n'ajoutent pas de coût additionnel mais permettent d'augmenter le Throughput global. Cette solution est décrite dans "le But", lorsque l'équipe de l'usine remet en action la vieille machine Zmegma pour soulager la machine NCX-10.

8. Recours à la sous-traitance

Lorsque la seule solution pour dépasser les limitations du goulot est le recours à la sous-traitance, celle-ci est acceptable dès que son coût reste strictement inférieur au Throughput supplémentaire. Cette conclusion ne portant que sur la comparaison des coûts / Throughput, pas sur des aspects stratégiques ou de maitrise de la confidentialité, etc.


Mise à jour le Dimanche, 25 Mai 2014 09:01