Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Théorie des contraintes (ToC) Throughput Accounting Valorisation des rebuts selon Throughput Accounting

Valorisation des rebuts selon Throughput Accounting

Envoyer

Christian HOHMANN

La comptabilité traditionnelle considère qu’une pièce progressant le long d’un processus de transformation prend de la valeur au fur et à mesure. Chaque transformation lui confère une valeur ajoutée supplémentaire égale au taux horaire de la ressource utilisée multiplié par le temps passé à la transformation. 

Une pièce rebutée tôt dans le processus se verra par conséquent attribuer un coût plus faible que cette même pièce rebutée plus tardivement dans le processus.

Le Throughput Accounting a une approche totalement différente :

En amont du goulot, la pièce rebutée est valorisée à son coût totalement variable, c’est à dire le coût de la matière, indépendamment du nombre de transformations et des ressources mises en oeuvre.

A partir du goulot et en aval de celui-ci, une pièce rebutée est valorisée à la hauteur du Throughput perdu.

La raisonnement suivi par Throughput Accounting est que les ressources non-goulot en amont du goulot disposent d’un excédent de capacité et peuvent par conséquent être employées au remplacement de la pièce rebutée sans autre dépenses que celui des matières premières.

A partir du goulot vers l’aval, accord avec la règle de la Théorie des Contraintes qui statue que tout temps perdu sur le goulot est perdu pour le système entier, toute pièce rebutée est une vente définitivement perdue qui se valorise au Throughput correspondant perdu.

La nouvelle pièce en remplacement de celle rebutée devra à nouveau consommer du temps goulot dont celui-ci manque cruellement, au détriment d’une vente supplémentaire s’il n’y avait pas eu rebut.

La valorisation des rebuts selon Throughput Accounting est ainsi binaire : coût des seules matières avant goulot, Throughput perdu à partir du goulot. L’incrément est en général brutal et la valorisation beaucoup plus importante dans le second cas que dans la comptabilité traditionnelle (facteur 10, 100 ou plus !).

Ceci pousse les acteurs du système à porter une attention plus particulière sur une portion du processus en matière de maîtrise de la qualité. Sans qui ne signifie pas négliger le reste...


View Christian HOHMANN's profile on LinkedIn