Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Théorie des contraintes (ToC) Throughput Accounting Ce que je retiens de Throughput Accounting, le livre

Ce que je retiens de Throughput Accounting, le livre

Envoyer

Je connaissais déjà l'auteur, Steven M. Bragg, de par sa série de podcasts “Accounting Best Practices with Steven Bragg” avant de lire son livre “throughput accounting, a guide to constraint management” publié par Wiley & sons, 2007.

Présentation du livre

Le livre compte 178 pages organisées en 10 chapitres. Il est facile à lire dans une présentation soignée et des polices très lisibles, avec de nombreux tableaux, graphiques et illustrations pour expliciter tous les exemples et les études de cas.

L’auteur prétend que l’ouvrage contient les outils nécessaires aux comptables, analystes financiers, planificateurs ou gestionnaires de production pour améliorer la performance des entreprises.

Le livre commence fort en introduisant les bases de la Théorie des Contraintes (ToC) de manière inhabituelle et pour moi audacieuse : expliquer très brièvement la logique Drum-Buffer-Rope (DBR), dès le chapitre 1 (page 1!) 

C’est audacieux car il s'agit d'un raccourci mettant en avant le principe DBR alors qu'il est généralement présenté aux débutants (longtemps) après avoir expliqué le concept de goulot et les différences entre la fabrication traditionnelle, essayant d’exploiter toutes les ressources à leur maximum, et l'approche ToC dans laquelle uniquement le goulot est important (voilà un autre raccourci, mais ceci est le mien..!).

L’auteur poursuit avec une présentation des différents types de contraintes, toutes n’étant pas des goulots physiques, en exposant la nature des différentes contraintes (page 5). Les indicateurs utilisés par Throughput Accounting (TA) sont présentés pages 7 et 8, avant de plonger dans les aspects financiers de TA.

Le chapitre 2 traite de la gestion des contraintes en usine, en commençant par la localisation de la contrainte et la gestion de cette ressource limitée. Les différents conseils donnés visent clairement les gestionnaires ou les lecteurs qui ne sont pas familiers des détails de la production, car il donne suffisamment d'informations sans trop de détails et les diverses indications sont condensées en quelques lignes, sans renoncer à quoique ce soit d'important.

Quatre pages traitent des choix ou “politiques” qui sont un type de contraintes, à destination d’un lectorat qui peut avoir une influence dans sa propre organisation pour éveiller les collègues aux limitations de certaines politiques et, espérons-le, pouvoir les modifier.

L'importance du tampon de protection de la contrainte se trouve page 25, suivie de l'importance des tailles de lots appropriées et des changements de séries des machines.

Le chapitre 3 traite du concept de Throughput (T) et de comptabilité classique et commence par mettre l'accent sur l’approche par les coûts par rapport au Throughput. Puis il poursuit en décrivant toutes les conséquences induites par la comptabilité analytique traditionnelle.


Ce chapitre est important pour les lecteurs peu familiers avec la comptabilité, en particulier dans les opérations (production, logistique...), car il explique certaines des décisions qui n'ont aucun sens lorsqu'elles sont considérées du point de vue opérationnel. Il est également important pour celles et ceux qui connaissent la comptabilité analytique traditionnelle pour comprendre les limites et les problèmes soulevés par cette approche.

Le chapitre 4 porte sur les scénarios de Throughput Accounting et d'analyse financière et, à partir des pages 59 à 86, emmène les lecteurs à considérer 14 scénarios différents, depuis la prise de décision dans un contexte de prix bas et volumes élevés jusqu’à un cas de fermeture de site.

Le chapitre 5 porte sur le Throughput Accounting dans le processus de budgétisation, le chapitre 6 sur le Throughput Accounting et les principes comptables et le chapitre 7 sur Throughput Accounting et contrôle de gestion.


Le chapitre 8 détaille les systèmes de reporting et de pilotage, intéressant car il lie la réalité des opérations aux indicateurs qui sont concrets et compréhensibles.

Le chapitre 9 s'intitule “Throughput and Accounting Management” et aborde 12 domaines de décision parmi lesquels: l'analyse des priorités, les politiques de stocks, d'investissement ou encore la fixation des prix.

Enfin, le chapitre 10 présente 7 études de cas en quelques pages pour chacune d’elles.

Ce que je retiens

Le livre est agréable à lire et tous les concepts sont faciles à comprendre grâce aux explications simples. N’étant pas expert en comptabilité, j'ai toujours aimé les modes simples, pragmatiques et concis par lesquels Steven Bragg explique les règles ou les pratiques comptables. Ce livre ne déroge pas à son style.

La lecture de “throughput accounting, a guide to constraint management” a renforcé à la fois mes connaissances et mon intérêt pour Throughput Accounting, ainsi que ma conviction quant à sa pertinence.

J'ai marqué des dizaines de pages avec des notes autocollantes soulignant ainsi mes points d'intérêt et / ou mes inspirations pour des publications sur mon blog (en anglais) ou sur mon site web. Par ailleurs, à l'aide de ce livre, il m’est plus facile d'expliquer aux directeurs financiers et aux PDG pourquoi leurs décisions sont biaisées par des hypothèses fausses ou des règles comptables obsolètes.


View Christian HOHMANN's profile on LinkedIn    

Mise à jour le Mardi, 04 Avril 2017 04:38