Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Théorie des contraintes (ToC) Les basiques de la Théorie des Contraintes 5 raisons (au moins) d’explorer la Théorie des Contraintes

5 raisons (au moins) d’explorer la Théorie des Contraintes

Envoyer

Christian HOHMANN

La Théorie des Contraintes (ToC) est une philosophie ou un paradigme managérial prenant en compte l’existence de contraintes ou facteur(s) limitant l’organisation dans l’atteinte de son But. La Théorie des Contraintes se focalise sur ce qui limite la performance du système tout entier et sur les moyens d’en maximiser le “débit”, c’est à dire obtenir davantage de ventes, de traitements de patients, de dossiers traités...

La Théorie des Contraintes a été révélée dans les années 1980 mais reste encore peu connue. Voici 5 raisons (au moins) d’explorer la Théorie des Contraintes et de vérifier quels bénéfices elle peut apporter à votre organisation.

Cet article a été écrit originellement en anglais. Vous pouvez lire la version originale >ici<


La Théorie des Contraintes n’est pas théorique

Le choix du nom est certainement pour beaucoup dans la diffusion limitée des connaissances autour de ladite théorie.

En français, sur 3 mots qui composent le nom, deux sont quasi rédhibitoires et le troisième n’est qu’un article..!

La Théorie des Contraintes est davantage un corpus de connaissances qu’une pure théorie et ses applications sont à la fois très réelles et concrètes.

Pour celles et ceux qui s’y sont essayés, oui, la Théorie des Contraintes est jargoneuse et pleine de métaphores. Mais Lean aussi a son jargon et fait même “parler” japonais sans que cela ait été un obstacle à sa diffusion et à sa popularité, tout comme Six Sigma qui a également son propre jargon.

C’est ainsi. Si vous voulez apprendre et partager avec la communauté il n’y a pas le choix : vous devez apprendre le dialecte.

Restée plutôt "confidentielle" (ce point sera discuté plus loin), la Théorie des Contraintes ne peut se prévaloir que de peu de succès. Comparativement au Lean avec Toyota, la Théorie des Contraintes n’a pas d’exemple emblématique et indiscutable jusqu’à présent. Ainsi, le manque de succès qui fait le buzz continue à la perception que la Théorie des Contraintes est... une théorie.

2) La Théorie des Contraintes est une approche orientée croissance

La Théorie des Contraintes se concentre de manière obsessionnelle à surmonter les facteurs limitant et obtenir davantage des processus et ressources rares et précieuses de l’organisation.

Alors que de nombreuses organisations cherchent leur salut dans les économies et les plans de réduction de coûts - une option limitée et potentiellement mortifère - celles optant pour la Théorie des Contraintes cherchent à accroître leurs activités et à prospérer.

Se libérer des contraintes c'est par exemple améliorer significativement les délais de réalisation ou de livraison, mieux exploiter les ressources rares et précieuses. Ceci peut être le cas d'une unité de production, un hôpital arrivant à traiter davantage de patients ou une administration délivrant des permis bien plus rapidement que d'autres.

En matière de management de projets, la Théorie des Contraintes changes le paradigme et assure de terminer les projets à l'heure et avec un plus grande probabilité de respecter le budget initial.

Toute organisation apte à remplir sa mission plus vite et mieux que ses concurrents va attirer l'attention de ses marchés et davantage d'affaires.

Combien de nouveaux clients un plan de réduction des coûts ou de la variabilité va-t-il attirer ?

Ceci ne veut pas dire qu'il ne faut pas se préoccuper de réduction des coûts ou de la variabilité, comme nous allons voir de suite.

3) Théorie des Contraintes et Lean font une paire gagnante

La Théorie des Contraintes est souvent décrite comme un moyen, une approche ou un outil de focalisation qui catalyse les initiatives Lean et/ou Six Sigma.

Alors que la Théorie des Contraintes identifie les leviers et causes racines des problèmes, Lean et Six Sigma sont d'excellents outils pour les résoudre et exploiter les potentiels d'amélioration.

La synergie utilisant ToC, Lean et Six Sigma est connue sous l'acronyme TLS. De ma propre expérience et de ce que j'ai vu, lu entendu ou lu, la Théorie des Contraintes est plus souvent utilisée avec Lean qu’avec Six Sigma, parfois en trio TLS.

La bonne nouvelle est que les investissements préalables en formation et conseil Lean ou Six Sigma restent utilisables, la Théorie des Contraintes va simplement les booster.

Avec la Théorie des Contraintes; les améliorations vont montrer leurs effets sur le compte d’exploitation, ce qui n’est pas toujours le cas avec Lean ou SIx Sigma. La Théorie des Contraintes propose une approche structurée et rationnelle pour le système tout entier, alors que les initiatives Lean sont trop souvent utilisées pour chasser des opportunités d’optimisations locales, qui n’apportent pas d’améliorations globales.

4) La Théorie des Contraintes propose un cadre cohérent pour toutes les activités

La Théorie des Contraintes trouve ses origines en production manufacturière et comme bien d’autre approches, méthodologies ou outils elle a prouvé son aptitude à la transposition dans d’autres environnements et activités.

Néanmoins, La Théorie des Contraintes n’a pas été “simplement” transposée, mais des outils et approches spécifiques aux nouvelles branches ont été développées, tout en restant un ensemble cohérent.

Je pense à Critical Chain Project Management (CCPM) en matière de management de projets, qui revisite les pratiques et corrige les défauts de la méthode du chemin critique (Critical Path Method ou CPM).

Je pense au Logical Thinking Process s'attaquant aux contraintes immatérielles telles que les croyances, les politiques ou la résistance au changement.

La Théorie des Contraintes a également revisité le supply chain management, la comptabilité (throughput accounting) ou le marketing.

Quelque soient les diverses applications, les concepts de base tels que les contraintes et l’approche de raisonnement scientifique demeurent.

5) La Théorie des Contraintes reste "confidentielle"

La Théorie des Contraintes n’est pas aussi connue que Lean ou Six Sigma, mais il y a un avantage à cet inconvénient : les organisations qui utilisent la Théorie des Contraintes et améliorent drastiquement leurs performances dépassent généralement leurs concurrents. Elles semblent alors disposer d’une arme secrète et d’un avantage difficile à copier à court terme.

Cela arrive régulièrement : une unité notoirement connue pour ses mauvaises performances arrive rapidement et de manière totalement inattendue à retourner la situation, attirant du même coup l’attention de ses pairs se demandant comment un tel miracle est possible.

Dans un groupe, l’entité qui désormais force l’admiration va partager son secret, mais la recette pourrait bien rester une arme secrète face aux concurrents.



La Théorie des Contraintes n’est pas destinée à rester un secret, elle n’a simplement pas réussi à attirer suffisamment d’attention jusqu’à présent. Toutes les entreprises ou organisations qui l’utilisent pour damer le pion à leurs concurrents ne vont pas s’en plaindre. Celles dépassées par leurs concurrents ou cherchant un moyen de percer avec de meilleures performances disposent maintenant de 5 bonnes raisons de s’y essayer.


View Christian HOHMANN's profile on LinkedIn    




Mise à jour le Jeudi, 16 Février 2017 09:19  

Sujets similaires