Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Les indicateurs de la ToC

Envoyer

Christian HOHMANNLa Théorie des Contraintes (ToC) propose un modèle de gestion simplifié, plus proche des réalités opérationnelles, que les managers et personnels peuvent comprendre et dont ils appréhendent mieux les liens avec leurs activités. Trois indicateurs offrent une nouvelle vision de la gestion opérationnelle : T, I et OE.

Sommaire


View Christian HOHMANN's profile on LinkedIn


T, I & OE

La TOC propose 3 indicateurs simples :

  1. Le THROUGHPUT représentant le débit du flux monétaire issu des ventes,
  2. INVESTMENTS désignant l'argent "investit" ou bloqué aussi bien dans les stocks de matières, que dans l’achat d’équipements et autres investissements. Le terme original d'Inventory (littéralement « stocks ») tend à être remplacé par Investments,
  3. OPERATING EXPENSES qui représentent les dépenses d'exploitation et plus généralement les sommes dépensées pour transformer les « stocks » ou Investments en produit des ventes.

Ces trois indicateurs, respectivement abrégés en T, I et OE visent à répondre à trois questions basiques de la gestion :

  1. Combien de revenu notre organisation / entreprise a-t-elle généré ?
  2. Combien d’argent reste retenu dans l’organisation / entreprise ?
  3. Quelles sommes devons-nous dépenser pour fonctionner et transformer les Investments en Throughput ?

Throughput

Le Throughput, conventionnellement abrégé T, est une grandeur fondamentale de la ToC. Il se définit comme :

T = le revenu des ventes - le coût matières des produits vendus

Cette définition de première génération a été affinée ultérieurement en T = produit des ventes – coûts totalement variables (totally variable cost abrégés en TVC). La première approximation est pédagogique tout en restant suffisante.

Le Throughput est un débit, c'est-à-dire un volume par unité de temps, parfois décrit comme le rythme auquel le système génère de l'argent par les ventes. Sa définition peut également s'écrire :

T = (prix de vente unitaire - coûts variables unitaires) x Volume des ventes / durée considérée

Exemple :

Si le produit A est vendu 100 et que les matières qui le composent coûtent 80, chaque vente de A génère un throughput de 20. Si un seul produit A est vendu par jour, le throughput sera de 20/jour. S'il s'en vend 50, le throughput sera de 1000 par jour.

Seul ce qui est réellement vendu est pris en considération dans le Throughput. Les production pour stock sont comptabilisés en Inventory ou Investments car l'équivalent en argent reste retenu dans l'entreprise.


La Théorie des Contraintes se focalise sur l’atteinte d’un but que chaque organisation se doit de définir.

La plupart des organisations mettant en œuvre la ToC étant des entreprises à but lucratif, le but le plus fréquemment visé est de faire du profit, maintenant et dans le futur.

Pour les lecteurs qui ne reconnaissent pas cette finalité pour leur organisation peuvent substituer la notion de « création de valeur » à celle de profit.

Pour en savoir plus, cliquer ce  lien.




La comptabilité, dépassée et compliquée

La comptabilité classique et officielle suit des règles qui ne sont plus forcément adaptées aux évolutions de l’industrie et des activités marchandes en général. Elles peuvent conduire à de mauvais choix stratégiques. ( voir l'annexe en fin d'article)

Par ailleurs, les opérationnels en entreprise et particulièrement en industrie ont généralement peu de connaissances en comptabilité et gestion. Lorsqu’ils doivent s’y mettre, ils ne trouvent généralement pas de lien simple entre l’activité en atelier et les indicateurs de gestion. La réciproque est vraie pour les contrôleurs de gestion qui doivent prendre en compte la réalité opérationnelle, face aux indicateurs de gestion traditionnels. Malgré les efforts de part et d’autre, le rapprochement reste limité.

Le propos de la ToC, plus précisément du Throughput Accounting ou du Lean Accounting n’est pas de remettre en question la comptabilité générale, dont la tenue est d’ailleurs est une obligation réglementaire, mais de fournir un modèle simplifié, plus proche des réalités opérationnelles, que les managers et personnels peuvent comprendre et dont ils appréhendent mieux les liens avec leurs activités.

Investments

Initialement appelé Inventory (littéralement "stock"), les investissements incluent outre les matières premières, les encours et produits finis en attente de vente, l'ensemble de l'argent investi dans l'entreprise tels que les locaux, les équipements et autres éléments du capital. Les stocks ne sont pas valorisés, ce qui est une différence majeure par rapport à la comptabilité classique. La ToC considère que la valeur ajoutée par les processus déjà parcourus diminue la "flexibilité" de la matière c'est à dire la possibilité de la réaffecter si la marchandise qui l'a consommée n'est pas vendue. En outre, la TOC considère toujours la valeur du stock comme la valeur du coût d'achat, quelque soit son avancement dans le processus.



La ToC (Throughput Accounting) diffère de la comptabilité traditionnelle par le fait qu'i n'a aucune allocation de coûts fixes au produit, pas plus que de calcul de prix de revient.

Les clés de répartition et les allocations parfois arbitraires sont des causes d'erreurs d'appréciation et mènent parfois à prendre de mauvaises décisions.


Operating Expenses

Sont comptabilisées dans cette catégorie toutes les dépenses (hors matières) directes ou indirectes, tels que coûts de main d'oeuvre, maintenance, loyers, taxes, etc. qui sont nécessaires pour transformer les "stocks" en produits finis vendus.


Les OE récupèrent l'ensemble des coûts que la comptabilité analytique essaie de ventiler par quote-part sur tous les produits.


Relations entre T, I et OE

Throughput, Investments et Operating Expenses influencent la performance de l'entreprise / organisation. On comprend aisément que la bonne approche consiste à maximisier le Throughput et à réduire les Investments et les OE.

  • l'augmentation des ventes (T) augmente le profit,
  • la diminution des stocks (I) diminue d'autant les besoins en trésorerie, et doit par conséquence en laisser d'avantage disponible, les frais liés au stockage diminuent et font mécaniquement baisser les dépenses d'exploitation, augmentant la rentabilité.
  • La rentabilité globale augmente si l'on diminue également les dépenses d'exploitation (OE).

Les ratios de gestion

Les trois indicateurs de la ToC permettent de définir les ratios de gestion suivants :

  • Résultat net (Net Profit), NP = T - OE
  • Retour sur investissements (ROI), ROI = (T - OE) / I ou NP/I
  • Productivité = T/OE
  • Cash flow = T-OE-I
  • Investment turns IT = Throughput / Investment

La marge (NP) est égale à Prix de vente -  (matières + dépenses d'exploitation), avec Troughput = produit des ventes - coût des matières.




Conclusion

Les trois indicateurs permettent aux managers et opérationnels de se concentrer sur trois indicateurs clés uniquement, qui sont suffisants pour éclairer leur prise de décision : Combien d'argent faut-il générer pour fonctionner ? Combien avons-nous fait d'argent hier ? Etait-ce suffisant ? Sur quoi faut-il agir pour faire de l'argent maintenant et dans le futur ?


Annexe

Critique de la comptabilité analytique

La comptabilité analytique (Cost Accounting) a été inventée aux débuts de l'industrie (début XXè siècle) lorsque les salaires étaient basés sur la production réalisée et que les coûts indirects ne représentaient qu'une très faible fraction du total des coûts (env. 10%). Les coûts de main d'oeuvre étaient réellement variables, directement liés au nombre de produits fabriqués. On pouvait donc affecter le coût de main d'oeuvre à un produit donné avec grande précision et la quote-part des autres coûts, même avec une répartition imprécise, ne portait pas à grande conséquence.

Lorsque les salaires ont été payés sur une base horaire, le coût de main d'oeuvre est devenue une charge fixe pour l'entreprise. L'affectation du coût de main d'oeuvre à un produit comporte aussi bien le temps utile à la fabrication du bien que le temps passé à une autre occupation.

Précisions sur les coûts variables dans le Throughput Accounting

La ToC considère que les seuls coûts réellement variables, c'est-à-dire que l'on peut affecter sans ambiguité à un produit donné sont les coûts des matières.

Les coûts de main d'oeuvre sont réputés fixes, car ils existent pour l'entreprise que les personnels créent de la valeur ou non (produisent des produits vendables ou sont inoccupés), il faut leur verser leurs salaires de toute manière.

Les clés de répartition des charges fixes étant sujettes à caution, l'ensemble des dépenses que l'on ne peut affecter sans ambiguité au produit est compté en dépenses d'exploitation (OE, Operating Expenses).

Les erreurs et imprécisions dans les allocations des dépenses aux produits amènent trop souvent des conclusions erronées sur la rentabilité des produits.

Voir aussi "Throughput Accounting" dans les notions avancées et "Throughput Accounting, les études de cas" sur ce site.





View Christian HOHMANN's profile on LinkedIn

Mise à jour le Jeudi, 16 Février 2017 13:12