Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

La notion de Throughput

Envoyer

Throughput se traduit par "débit". Grandeur indissociable de la Théorie des Contraintes, le Throughput désigne le débit du goulot.

Rappelons que le goulot est la contrainte qui limite le débit de l’ensemble du système et de ce fait est une ressource particulière sur laquelle se focalise toutes les attentions.


Throughput dans le cas d’organismes à but lucratif

Les principes de la Théorie des Contraintes ont été énoncés pour une application dans le monde des affaires, pour aider les entreprises à atteindre leur but, défini comme étant de faire du profit, maintenant et dans le futur.

>lire la critique de ce but

Seuls les biens vendus génèrent des bénéfices. Les produits finis non vendus sont des stocks. Ils sont valorisés à zéro car leur vente reste hypothétique jusqu’à ce que celle-ci se concrétise. Avant la vente, les produits finis n’ont fait que consommer des ressources sans apporter aucun argent frais en retour.

Le débit du goulot se mesure uniquement sur les produits vendus (en passe de l’être de manière imminente), pour éviter une mesure complaisante qui inclurait des produits fabriqués pour être stockés.

Ce raisonnement orthodoxe peut se moduler de manière plus pragmatique en fonction du business model de l’entreprise

Le Throughput n’est plus alors qu’une simple mesure d’unités physiques transformées par le goulot mais un indicateur financier, dont la traduction est « débit des ventes ».

Throughput Accounting défini le Throughput comme le produit des ventes diminués des coûts totalement variables. Ceux-ci se résument en général au coût des matières ou composants incorporés. Throughput est donc assimilable à la Valeur Ajoutée vendue.

Pour mémoire, le profit net NP est égal au Throughput moins les Operating Expenses

Throughput pour les opérationnels

Les notions comptables intéressent peu les opérationnels, plus à l’aise avec des grandeurs physiques significatives pour eux, telles que le nombre d’unités fabriqués, les tonnes, les kilogrammes, les litres, le nombre de dossiers, le nombre d’appels traités, etc.

Pour les opérationnels, ramener le Throughput au débit physique du goulot est à mon sens suffisant et acceptable. Ils n’auront de leviers d’amélioration que les leviers opérationnels ; maitrise de la qualité, ordonnancement, gestion du goulot, maintenance préventive et curative, etc.

Throughput dans le cas d’organismes à but non lucratif

Imaginons une organisation non gouvernementale à but non lucratif, qui envoie des équipes médicales dans des zones de catastrophes ou de guerre. Il est probable que l’unité de chirurgie d’urgence soit le maillon goulot et qu’à l’intérieur de celui-ci les ressources goulots sont les chirurgiens.

Les principes de la Théorie des Contraintes s’appliquent parfaitement à ce cas, mais la mesure du Throughput en termes de débit des ventes est bien évidemment inappropriée. Ce qui importe est de maximiser le débit des blessés en besoin urgent d’intervention chirurgicale.

Nous retrouvons dans ce cas une notion de débit d’entités discrètes (ici des patients) comme dans le cas intéressant les opérationnels.


Mise à jour le Jeudi, 16 Février 2017 12:53  

Sujets similaires