Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Lean Entreprise Mythes et réalités Lean : maigrir jusqu'à flotter dans ses vêtements

Lean : maigrir jusqu'à flotter dans ses vêtements

Christian HOHMANNEn Anglais le mot Lean désigne le maigre, au sens de sec, pauvre en graisse, comme Lean ham, le jambon dégraissé.  Ce terme, Ô combien juste même si peu romantique et sans maquillage politiquement correct, est conservé pour désigner la chasse aux gaspillages (autre expression malheureuse) de toutes sortes et dans tous les environnements ; ateliers, usines, bureaux, administration et même les hôpitaux.

Les résultats sont souvent spectaculaires, les processus ainsi traités "maigrissent", voire fondent littéralement, à tel point que les activités restantes peuvent se concentrer dans un espace bien inférieur à celui d'origine. C'est en quelque sorte maigrir jusqu'à flotter dans ses vêtements.

Si ceci arrive à des individus, ils renouvellent en général leur garde robe. Dans une grosse usine avec plusieurs bâtiments, difficile d'en changer. Néanmoins, la succession d'ateliers qui fondent mettent en évidence de nouveaux gaspillages, donc des potentiels d'économies.

En effet, la performance industrielle, logistique ou opérationnelle au sens large est corrélée au degré de compacité des installations. Ceci s'explique d'abord par de moindres distances à parcourir, par la possibilité de pilotage à vue, les approvisionnements, stocks bord de ligne et encours au juste nécessaire, etc.

Cela s'explique ensuite du fait que les frais généraux sont corrélés positivement avec la taille des installations.

C'est ainsi que sur une grosse usine, après avoir longuement travaillé à optimiser la production, la direction s'est avisée que l'entreprise payait :

  • de l'éclairage, du chauffage ou de la climatisation pour des zones libérées,
  • du nettoyage de vestiaires et sanitaires dimensionnés pour une population initiale, qui à fondu de moitié
  • de l'entretien de bâtiments quasi vides
  • etc.

En additionnant les économies sur tous ces postes et en agissant de manière assez radicale (mise hors énergie et fluides de bâtiments vidés, démontage des transformateurs électriques, des compresseurs d'air comprimé...) la somme des économies, conséquentes pour certains postes, modestes pour d'autres, finissait en millions d'euros !

Ce type de réflexion ouvre de nouveaux horizons au déploiement du Lean, qui se cantonne de moins en moins en production et de moins en moins dans les seules usines.


Ne pas tomber dans l'anorexie

Les économies potentielles par compression des activités ne doit cependant pas conduire l'organisation vers l'anorexie, la recherche maladive de la maigreur. Tout comme pour un organisme biologique, une organisation doit répondre à ses besoins vitaux pour opérer en bonne condition (santé) et conserver un potentiel de ressources pour exploiter les opportunités et répondre aux menaces.

Prendre au sens littéral les injonctions souvent mal comprises, mal interprétées ou dévoyées de tout "réduire au minimum" est risqué.

Plutôt que de chercher à se débarrasser des ressources superflues, ne peut-on chercher à les employer pour exploiter de nouveaux potentiels, développer de nouvelles offres, de nouveaux marchés ?


View Christian HOHMANN's profile on LinkedIn    




Mise à jour le Jeudi, 26 Mai 2016 11:46