Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Les gaspillages

Envoyer

Christian HOHMANNLes gaspillages sont indissociables du Lean. On fait très vite connaissance avec les sept "muda" et si ceux-ci représentent des potentiels de gains appréciables, ils ne forment qu’une des trois familles de gaspillages. Les deux autres sont les "muri" (surcharges ou déraisonnable) et les "mura" (la variabilité).


Au sommaire


View Christian HOHMANN's profile on LinkedIn


MUDA (Gâchis)

Probablement les plus populaires parce que les plus connus et les plus facilement appréhendables, les muda sont au nombre de sept :

  1. Gaspillages provenant de la surproduction
  2. Gaspillages provenant des temps d'attente
  3. Gaspillages occasionnés par les transports
  4. Gaspillages dus aux stocks inutiles
  5. Gaspillages dans les processus de fabrication
  6. Mouvements inutiles
  7. Gaspillages dus aux pièces défectueuses

Les sept types de gaspillages sont couramment appelés de leur nom japonais « muda », ce terme étant passé dans le langage commun des industriels. Les muda sont faciles à comprendre et relativement faciles à identifier par l’observation. La chasse aux muda est devenue une activité régulière, parfois même populaire dans les entreprises. Source : Lean Management

MURI

L’expression populaire "écraser une mouche avec un marteau pilon » traduit bien la notion de muri ; l’emploi de moyens surdimensionnés ou excessifs par rapport au besoin ou au résultat escompté. (.../...) Ainsi, immobiliser des caisses palettes de grande contenance pour stocker quelques petites pièces légères est un muri, le besoin de stockage pouvant être résolu avec des moyens moins coûteux unitairement et qui nécessitent de moindres moyens pour être déplacés ; portage manuel ou petit chariot au lieu de tire-palettes, voire recours au chariot élévateur. (.../...)


Muri c’est également la surcharge physique, la pénibilité, l’exposition au stress mental, qui conduisent à gaspiller l’énergie, la santé, le capital humain.

Quelques indices permettent de détecter ces muri :

  • Les postures au travail, notamment en extension ou le buste penché, le dos courbé, la tête penchée, les rotations du buste, s’accroupir, etc.
  • Pousser ou tirer fortement,
  • Soulever des masses importantes,
  • Répéter des postures et gestes fatigants,
  • Déplacements latéraux, piétinements, marche inutile.

Source : Lean Management

MURA, l'irrégularité, la variabilité.

La variabilité peut prendre des aspects multiples ; niveaux de remplissage de bouteilles différents, longueur de coupe qui varie, nuances de couleur entre peintures successives, etc.
Les caractéristiques physiques d’une matière première peuvent varier dans le temps ou en fonction des différents lots approvisionnés ; quantité, poids, longueur, texture, dureté, élasticité, etc.
Les réglages d’une machine peuvent varier dans le temps, les pratiques et gestes humains peuvent varier d’une personne à une autre et au fil d’une journée.
Les sources de variabilité sont innombrables et ces variabilités engendrent des gaspillages.

L’industrie cherche depuis toujours à réduire la variabilité au travers de standards, de la répétabilité et de la reproductivité des moyens de mesure, de la capabilité des moyens de production. Les variations et instabilités sont nuisibles parce qu’elles écartent les caractéristiques des standards définis ; ce que l’on obtient n’est pas tout à fait ce qui était prévu ni dans les temps ou les coûts définis.

Source : Lean Management

Voir une illustration des effets de la variabilité par une >étude de cas<

MURA

Les à-coups, les ruptures de rythme, conduisent souvent à installer des "buffers", des stocks tampons afin de lisser les flux irréguliers.
Cette acceptation revient à créer des MURI et des MUDA. L'approche japonaise cherche à éliminer les causes des irrégularités et non à les masquer.
En diminuant graduellement la taille des stocks tampon, on révèle les causes des irrégularités et on s'attache alors à les éliminer. L'idée de base et que tout flux de production doit s'écouler harmonieusement comme une rivière. Si des obstacles encombrent son cours, il faut retirer les obstacles et non pas rajouter de l'eau.

L'interpénétration, la simultanéité ou l'enchaînenement Mura, Muri, Muda

Les gaspillages se présentent sous trois formes ; Mura, Muri et Muda, qui sont parfois difficiles à discerner les unes des autres.  En effet, certains gaspillages semblent à la fois relever des sept types de Muda mais pourraient être considérés comme une forme de Mura (variabilité), d’autres entraînent des discussions sur leur essence plutôt Muri (excès) ou Muda, et ainsi de suite, dans toutes les combinaisons qu’autorisent les trois types de gaspillages, comme le montre le schéma ci-contre.

On peut également expérimenter un enchainement ou chaine de conséquences débutant par la variabilité de la demande en aval - généralement de la part du client (processus en aval ou client consommateur) - Mura qui se répercute par une forte demande ponctuelle que le fournisseur tente de satisfaire, acceptant ainsi une surcharge Muri, qui elle même génère une série de Muda. Ce phénomène est connu comme effet Forrester.


La notion de gaspillages en vidéo




En guise de conclusion

L’identification des gaspillages n’est pas évidente avant d’avoir été sensibilisé à leur existence et à leurs différentes natures.

L’important n’est pas la classification canonique des gaspillages, mais leur détection, leur traitement et idéalement leur éradication !





Mise à jour le Samedi, 30 Juillet 2016 14:16  

Sujets similaires