Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Structures mixtes

Envoyer

Christian HOHMANNLes structures V, A, T (rappel)

Les pionniers de la théorie des contraintes ont rapidement décrit les problèmes classiques que rencontrent certains types d'organisation ou typologies d'entreprises. La connaissance préalable des trois types de base peut orienter efficacement la recherche des contraintes et la définition des actions d'amélioration*.

On distingue trois types d'organisation génériques symbolisées par les lettres V, A et T.

Ces lettres symboliques représentent le processus dans lequel on injecte la matière première à son pied et l'on récupère les produits finis en haut, plus largement les input sont à la base, les output au sommet.


Structures de type mixte

Pour identifier la contrainte au sein d'entreprises répondant aux caractéristiques V, A ou T, il suffit de suivre la recette...

Il existe cependant des entreprises ne répondant que partiellement aux caractéristiques de celles en V, A ou T. Elles peuvent se décrire avec une combinaison de V,A et T et leur variété peut être importante. Ces entreprises de type mixte se trouvent parmi celles qui ont une forte intégration verticale.

Voici quelques exemples (repris de Srikanth et Umble) :

Entreprises avec une base en V et un sommet en T, un moulin à papier par exemple, qui produit la pulpe commune à toutes les variétés et qualités de papier qui forment le large éventail du V. Les conditionnements des produits finis et éventuellement les dimensions peuvent être déterminés par les clients, ce qui amène la personnalisation retardée dans la barre du T.

Entreprises avec une base en A et un sommet en T, courantes dans l'électronique grand public. Le A est fait par les (très) nombreux composants sont intégrés dans un nombre restreints de cartes / modules électroniques. Ces cartes deviennent de simples composants pour un assemblage final, qui lui aussi propose une personnalisation, retardée dans la barre du T.

Entreprises avec une base en V et un sommet en A, par exemple des meubles en bois, tables et chaises, dont la matière première relativement unique est travaillée pour donner de nombreux composants intermédiaires, les pieds, barreaux, assises, plateaux... Leur assemblage donnera un éventail plus restreint de produits finis.

Entreprises avec une base en V et un étage intermédiaire en A et un sommet en T, toujours des meubles, mais cette fois il est possible de choisir des finitions de tissus, des moulures, des teintes... Ce seront des meubles de salon, canapés, fauteuils...

Entreprises avec une double base en A et V côte à côte et un sommet commun en T. Cette structure qui semble quelque peu exotique est celle d'une entreprise fabricant deux composants pour un assemblage, par exemple des cartouche d'encre ou toner pour imprimantes.

La fabrication de l'encre est un processus en V, tandis que la fabrication de la cartouche est un processus en A.

Les deux coexistent et leurs produits ne se rencontrent qu'à l'assemblage, où là encore, le choix des durées, capacités, qualités et conditionnements sont fonction de la gamme et/ou de la demande client.



Bibliographie

  • "Synchronous Manufacturing: Principles for World Class Excellence", M. Michael Umble & Mokshagundam L. Srikanth
  • "Le Management par les contraintes en gestion industrielle. Trouver le bon déséquilibre", Philip Marris



View Christian HOHMANN's profile on LinkedIn

Mise à jour le Mardi, 07 Octobre 2014 07:09  

Sujets similaires