Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Lean Entreprise Les basiques du Lean Flux tiré et système supermarché

Flux tiré et système supermarché

Envoyer

Lorsqu’au sein d’un processus le flux ne peut être continu, il faut éviter de planifier individuellement l’activité de chaque section, mais déclencher les opérations par la consommation (le flux). En effet, le pilotage individuel des différentes sections mène le plus souvent à faire des prévisions locales, qui basées sur une vision partielle, conduit à des "mauvaises" décisions et des stocks en excès. La situation paradoxale souvent rencontrée est la rupture d’approvisionnement malgré l’excès de stocks ; "on a trop de tout, mais jamais ce qu’il faut !".

Pour lier en flux tiré les différentes sections, on installe des points de découplage à l’aide de supermarchés.


Introduction avec une analogie

Un bon exemple de système supermarché est le distributeur automatique, comme par exemple le distributeur de friandises.

Le principe est connu : une variété des produits est stockée en attente de consommation. Périodiquement, le personnel préposé au réapprovisionnement recomplète les stocks des quantités manquantes.

Dans un supermarché, la place est limitée et on ne peut stocker plus que ne l’autorise la capacité, d’où un effet de régulation. On ne peut surproduire et stocker.

Les emplacements du supermarché, le nombre de rangées en frontal et d'emplacements en profondeur, sont attribués en fonction des consommations.

Pour le distributeur automatique, les produits les plus vendus, à rotation les plus rapides se verront attribuer plus d'emplacements que les produits moins vendus, de manière à minimiser les pertes de ventes dues aux ruptures de stock entre deux tournées de réapprovisionnement.

Les supermarchés servant des points de consommation dans un atelier sont dimensionnés de la même manière.

Découplage

Dans un contexte de flux tiré il peut paraitre étonnant d’installer un stock, cependant le flux continu n’est pas toujours possible :

  • Deux étapes avec des vitesses très différentes nécessitent d’être découplée avec un stock tampon qui régule le flux malgré la différence de vitesses.
  • Une ressource unique servant différents processus ou à de multiples produits traitera des lots et nécessitera des temps de changement entre chaque lot, d’où la nécessité d’installer un stock tampon devant une telle ressource.
  • Il est insensé d’opérer pièce à pièce pour certaines opérations, comme par exemple l’expédition à un point distant. Dans un tel cas, on regroupe des quantités suffisantes / convenues pour que l’opération soit déclenchée lorsque le seuil est atteint (camion complet par exemple).

Dans l’exemple, la machine HOHMATRON V400 traite le lot rouge et dispose des autres lots en attente dans le supermarché. Le processus amont peut voir l’emplacement réservé à la référence Rouge vide, ce qui est un signal visuel pour lancer un recomplément.

Pilotage par la demande

Le supermarché "appartient" au processus qui livre. Celui-ci ajuste ses livraisons en fonction de la consommation, d’où la fonction de pilotage du supermarché.

Il est recommandé d’installer le supermarché à proximité du fournisseur afin que celui-ci conserve une perception visuelle de la consommation. Il est cependant parfois plus judicieux de placer le supermarché auprès du point de consommation.

Pour réapprovisionner le supermarché deux approches génériques sont possibles : le recomplément périodique et le système kanban.

Le recomplément périodique consiste à remplir les emplacements du supermarché jusqu’au maximum, remplaçant ainsi ce qui a été consommé.

Si le supermarché n’est pas en vue directe du fournisseur, cela suppose que l’approvisionneur parte en tournée avec l’équivalent du stock maximum pour chaque référence. Rappelons que le système supermarché est fait pour éviter de faire des prévisions.

En industrie, cette solution est particulièrement utilisée pour des fournitures et consommables de petits volumes et faibles valeur : visserie, quincaillerie, accessoires, lubrifiants, colles, etc.

Le système kanban recoure à des cartes qui portent les informations utiles. Les étiquettes correspondant aux pièces ou matières utilisées sont collectées lors de la tournée, rapportées au fournisseur, qui prépare le recomplément en fonction des indications sur les cartes kanban. La tournée suivante servira à la livraison et à la récupération des cartes kanban des consommations intervenues durant l’intervalle.

>En savoir plus sur les systèmes kanban et supermarchés

Ces tournées de livraison-collecte de données sont souvent appelées tournée du laitier (milk run en anglais).

Les cartes kanban peuvent être dématérialisées et transmises électroniquement, ce qui rend le système plus réactif qu’avec la tournée du laitier.

En complément, la vidéo ci-dessous explique le principe de base des systèmes kanban.



Mise à jour le Dimanche, 17 Septembre 2017 14:50