Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Six Sigma et outils qualité Six Sigma les basiques La qualification des fournisseurs

La qualification des fournisseurs

Envoyer

Christian HOHMANNLe thème revient périodiquement, à la faveur des rationalisations de portefeuilles, de recherches d’économies ou de nécessités stratégiques : la qualification des fournisseurs.

La crise 2008-2010 a rappelé une fois de plus l’interdépendance des acteurs des Supply Chain et la dépendance des donneurs d’ordres à leurs fournisseurs. Le principe de cascade (le donneur d’ordre confie l’étude et la réalisation d’un système à un systèmier, qui en délègue une partie à des équipementiers, qui eux-mêmes se fournissent et sous-traitent auprès de tiers, qui eux-mêmes…) rend la visibilité et la maîtrise des approvisionnements impossibles au seul donneur d’ordres principal.


Effet domino

C’est ainsi que des catastrophes arrivent par la défaillance d’un obscur sous-traitant de faible rang, à l’extrémité de la chaîne, dont personne le long de cette chaîne n’a perçu le rôle essentiel.

Ainsi n’est-il pas étonnant qu’un problème conjoncturel, a fortiori une crise de l’ampleur de celle de 2008-2010, touche d’abord les plus faibles avant de se propager par effet domino en remontant la chaîne.

Après avoir géré ce type de problèmes, les donneurs d’ordres échaudés n’ont d’autres alternatives que de revoir leur panel de fournisseurs et de remplacer les défaillants, prenant au passage une enième résolution de développer les plus faibles et les aider à s’armer pour la sévère compétition et l'état de crise économique permanente.

Quoique tous les acteurs s’en défendent, les relations gagnant-gagnant au sein d’une telle chaîne restent pour l’essentiel une vue de l’esprit et la domination du donneur d’ordres envers son fournisseur, du fort au faible, continue de dicter les conditions jusqu’aux limites de la "survivabilité" de ces derniers.

Moins agressifs, mais non moins déterminés sont les donneurs d’ordres de secteurs d’activité moins chahutés par la concurrence et la conjoncture, qui se penchent périodiquement sur leurs portefeuilles de fournisseurs pléthoriques. Ils mettent les performances de ces derniers en regard de la complexité et du coût de leur gestion et se disent que 3 fournisseurs correctement ciblés peuvent bien prendre en charge ce qui est distribué sur 82.

Gare alors à ces fournisseurs minoritaires, peu performants de queue de Pareto, voire les nominés au palmarès du "Flop 5" (Dénomination choisie par un groupe industriel pour désigner ses 5 pires fournisseurs).

Ce que ces deux catégories de clients exigeants on en commun est le besoin d’auditer les fournisseurs qu’ils estiment stratégiques, puis d’imposer à ceux qu’ils qualifient que ceux-ci prennent en charge la responsabilité et la cascade des exigences de leur donneur d’ordres vers leurs propres fournisseurs, et ainsi de suite.

Or la démarche habituelle est de qualifier les fournisseurs sur questionnaire, éventuellement doublée d’une enquête sur leur solidité financière et selon le cas, mandater un audit qualité sur site. Lorsque l’on ne se satisfait pas simplement d’un certificat ISO…

L’audit qualité est certes une sage précaution, mais il ne renseigne généralement pas sur la "capacité à faire", qu’il faut comprendre à la fois comme la compétence technique et la disponibilité suffisante des ressources.

Audit combiné Qualité/Supply Chain
Sécuriser la Supply Chain

Pour sécuriser la Supply Chain, il est indispensable de maîtriser à la fois qualité et délais. Sur ce dernier point, les spécialistes de la qualité n’ont pas toujours la culture logistique suffisante pour l’apprécier. Ceci amène certains donneurs d’ordres à imposer deux audits différents (pour les plus rigoureux), ce qui mobilise du temps et des ressources à la fois pour le client et le fournisseur.

Une approche efficiente qui concilie l’ensemble des contraintes en une seule démarche est l’audit combiné Qualité/Supply Chain.

Il s’agit en résumé de bâtir un référentiel mixte, de monter une équipe pluridisciplinaire, d’auditer une seule fois le fournisseur, puis de lui mettre en main la méthodologie pour qu’il la cascade vers son propre réseau de fournisseurs.

Face à l’ampleur de la tâche et à l’urgence de revoir et (re)qualifier plusieurs dizaines voire centaines de fournisseurs, une approche économe qui joue les complémentarités de compétences entre spécialistes qualité et logisticiens, dans un cadre structuré est bienvenue.




View Christian HOHMANN's profile on LinkedIn