Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Le TRS et la maintenance

Envoyer

Christian HOHMANN

Le TRS, Taux de Rendement Synthétique est un indicateur qui a été introduit et popularisé par la TPM, Total Productive Maintenance. Largement adopté dans l'industrie, il s'est imposé comme l'un des indicateur clé pour mesurer la performance, d'autant que c'est un indicateur particulièrement "sévère".

L'usage a montré que ce n'est pas un indicateur spécifique à la maintenance.


Sommaire de cet article


La constitution du TRS

Le Taux de Rendement Synthétique doit son nom à sa finalité : la mesure de rendement et au fait qu'il condense les performances de trois composantes :

  • La disponibilité de la machine, de l'équipement
  • La performance de celle-ci, en régime normal
  • La qualité qu'elle est capable de fournir

Chacune de ces composantes pouvant s'exprimer par un taux propre ; taux de disponibilité, taux de performance et taux de qualité.

Le TRS, construit à partir de différents éléments, fournit une vision simple et synthétique. Il condense ces éléments en un seul chiffre exprimé en pourcent (%), qui autorise le pilotage et la décision. C'est un indicateur pour le management.


C'est un indicateur sévère dans la mesure où, en multipliant des fractions entre elles, le résultat ne peut être plus grand que la plus grande des fractions.

Exemple : taux de disponibilité = 90% (0,90), taux de performance = 95% (à,95) et taux de qualité = 88% (0,88)

TRS = 0,9 x 0,95 x 0, 88 = 0,752 => 75,2 % avec TRS < taux de qualité (le plus petit des taux intermédiaires)

Du point de vue opérationnel, cela signifie que dès que l'un des taux intermédiaires constituants le TRS chute, celui-ci est fortement impacté.

A l'inverse, on peut partir du TRS et le décomposer en ses différents constituants. En effet, la vision synthétique que fournit le TRS ne permet pas d'identifier la composante qui limite le plus sa valeur. La décomposition en taux intermédiaires peut être nécessaire pour la simple compréhension, pour l'analyse ou encore pour déterminer le levier d'amélioration le plus pertinent.



TRS et maintenance

A première vue, les trois "dimensions" du TRS ; disponibilité, performance et qualité peuvent être ramenées à des causes et implications techniques, justifiant l'intervention de la maintenance. Ceci est particulièrement vrai dans le cas d'un équipement nouveau, inconnu, pas encore maitrisé.

Une fois ces causes réellement techniques maitrisées, un TRS qu'il faut améliorer trouve ses leviers ailleurs. En effet, la disponibilité n'est pas qu'une affaire de machine en panne ou en ordre de marche. Le schéma ci-dessous montre une décomposition des paramètres influents. La disponibilité n'est pas qu'une affaire de machine "techniquement apte à produire", car encore faut-elle que l'outillage spécifique à la production à lancer soit lui aussi disponible, que la matière première soit livrée est prête, que le personnel de production soit présent et en nombre suffisant, et ainsi de suite.

Les mêmes réserves peuvent être formulées pour pour la performance de la machine et la qualité qu'elle délivre (voir schéma).

Dans les entreprises suffisamment avancées, le TRS est devenu un indicateur de pilotage et non plus un indicateur confié à la maintenance. Cependant, la maintenance est généralement partie prenante et membre permanent du comité qui travaille à améliorer et à maintenir la performance.


Dans les vidéos, l'initiation à la notion de TRS




View Christian HOHMANN's profile on LinkedIn







Mise à jour le Jeudi, 09 Octobre 2014 11:56