Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Transition Tree

Envoyer

L’arbre de transition, Transition Tree (TT) est le cinquième outil des Thinking Processes. Cet arbre logique décrit pas à pas les actions à implémenter et démontre la nécessité de chacune des actions à entreprendre de manière séquentielle. Il répond de manière détaillée et précise à la question "comment implémenter le changement".



L’arbre de transition est un plan d’implémentation séquencé ; les étapes sont ordonnées en séquence chronologique et décrites en détail. Sa structure basée sur la relation d’implication permet de vérifier la robustesse du plan d’action proposé ainsi que de détecter des déviations éventuelles.

L’arbre de transition est un outil de communication destiné à démontrer la rationalité des actions à engager. Chacune d’elles se combinant avec un élément de la réalité pour la transformer en effet désiré ou en un état souhaitable.

Un Transition Tree est est basé sur la relation d’implication : si A alors B. Il est construit à partir d’une entité décrivant la réalité actuelle, un besoin à satisfaire et une action pour atteindre un effet désiré.

L’effet désiré est un élément de l’arbre, qui permet à la fois pour se projeter dans le futur proche dans lequel cet objectif intermédiaire est atteint et de constituer la base d’un nouvel étage de l’arbre.

Ces empilements successifs d’étapes lui confèrent une forme de sapin.




Outil de communication

A des fins de communication, voire de persuasion, une justification peut être rajoutée. Ceci est utile lorsque :

  • l’action à mener n’est pas dans le périmètre de responsabilité des promoteurs
  • les personnes pouvant apporter l’aide nécessaire ou de pouvant décider n’ont pas participé à l’analyse du problème ni à la construction de la solution
  • qu’il faut convaincre les personnes pouvant apporter l’aide nécessaire ou de pouvant décider avec une démonstration rationnelle

Les praticiens de la ToC omettent volontiers cet élément de justification car ils n’en ressentent pas l’utilité (ils sont imprégné du sujet) et pour ne pas alourdir inutilement leur arbre. L’élément de justification peut néanmoins trouver son utilité pour se souvenir a posteriori pourquoi telle action ou telle étape a été inscrite dans le plan d’actions (TT).

Construction d'un Transition Tree

Un Transition Tree se construit par sa base, par le bas. L’objectif ultime, celui pour lequel l’arbre est créé, se trouve au sommet de l’arbre. La première étape est de déterminer la première action requise pour atteindre un objectif intermédiaire ou satisfaire un besoin, en fonction de la réalité courante. L’action doit entrainer l’effet en se combinant avec la réalité par la relation d’implication :

Si Action ET Réalité, alors cela implique Effet désiré

Il n’y a pas de réservations formelles prescrites pour un TT hormis de vérifier si l’action est véritablement capable de générer l’effet attendu. C’est une réserve de type cause sufficiency.

Le processus est itératif jusqu’à l’obtention de l’objectif ultime de l’arbre, en reprenant l’effet désiré du niveau N, on détermine l’action suivante qui va entrainer l’effet désiré N+1. (forme de sapin)

Un Transition Tree est une feuille de route pour l’implémentation des actions. Elle peut guider l’équipe qui l’a élaborée ou être transmise pour exécution à d’autres personnels. Ceux-ci disposeront d’une trame avec des objectifs intermédiaires et des actions à mener de manière séquentielle.

Un Transition Tree est nourri des injections d’un Conflict Resolution Diagram (CRD) ou d’un Future Reality Tree (FRT). Un Transition Tree permet l’atteinte des objectifs déterminés dans un Prerequisite Tree.

>Voir le Transition Tree de l'étude de cas Alpha


View Christian HOHMANN's profile on LinkedIn

Mise à jour le Samedi, 24 Juin 2017 17:13  

Sujets similaires