Christian HOHMANN

Depuis 1998

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

SIPOC

Envoyer

Dans une investigation (diagnostic, audit, évaluation...) il est nécessaire de comprendre le périmètre à l'aide d'une vision synthétique et macroscopique. Le SIPOC (acronyme de Supplier Input Process Output Customer) est une macro-description fournissant les éléments essentiels à l'investigation.


Une description synthétique

SIPOC est un des outils Six Sigma, utilisé dès la première étape "Define" du cycle DMAIC, pour cerner et décrire le périmètre sur lequel il faut agir.

Le SIPOC permet de :

  • Comprendre les activités de l’organisation et les principaux processus mis en oeuvre
  • Identifier le(s) processus à améliorer et en faire une description sommaire
  • Décrire les interactions (entrées et sorties) ainsi que les parties prenantes (fournisseurs et clients) de ce(s) processus

Souvent présenté sous forme de tableau, le SIPOC liste pour le périmètre considéré l'ensemble des fournisseurs et clients au sens large, le ou les processus mis en oeuvre ainsi que les intrants / extrants. Les attentes figurent de manière optionnelle. Elles permettent d'identifier les facteurs critiques tels que ceux critiques pour la qualité, pour les délais ou les coûts.

A noter : le SIPOC, bien qu'outil Six Sigma, ne met en oeuvre aucune technique mathématique.


Etablir un SIPOC

Un SIPOC se construit par questionnement. Un bon moyen est de commencer par lister les processus mis en oeuvre. Les personnels et parties prenantes du périmètre en question sauront décrire la finalité du périmètre étudié et les différents processus mis en oeuvre.

En prenant de la hauteur, on décrira le macroprocessus :

  • Par quoi / où commence-t-il ?
  • Comment cela fonctionne-t-il ?
  • Par quoi / où se termine le macroprocessus ?

En procédant ainsi, on borne le périmètre en listant les principaux processus concernés. On remplit la colonne P du SIPOC.

La seconde étape consiste à lister ce que produit le macroprocessus, idéalement chacun des processus impliqués, dans la colonne O, ensuite on liste les clients et bénéficiaires en colonne C.

Une pratique à encourager est de récolter par la même occasion les attentes des bénéficiaires ou "clients" de ces processus.

L'étape suivante consiste à remonter le flux et à lister les intrants ou inputs nécessaires aux processus, en colonne I, puis on liste les fournisseurs de chaque input en colonne S.

Une variante de l'option précédente consiste à profiter pour lister les exigences quant à ses inputs. Ce sont en quelque sorte les attentes des processus vis-à-vis des fournisseurs.

Cette manière de procéder apparait comme relativement logique, même si elle ne suit pas la présentation du tableau.


Les questions pour guider la construction du SIPOC

Chaque colonne du tableau SIPOC peut se compléter en interrogeant les personnels ou parties prenantes.

La première question sert à comprendre pourquoi ce (macro) processus existe, quelle est sa finalité, son objectif et en quoi transforme-t-il ce qu'il reçoit ?

En décrivant de manière macroscopique ses constituants, on questionne sur les transformations successives des éléments d'entrée en éléments de sortie. Inversement, chaque élément de sortie doit avoir un processus qui lui donne naissance ou le transforme.

Les "clients" sont identifiés par la question directe : qui sont les clients ? ou indirectement par des questions du type : qui utilise ces produits / services, qui en bénéficie ?

Les éléments d'entrée sont des informations ou des "matières" qui seront identifiées par des questions adéquates : que faut-il au processus pour produire tel élément de sortie, par exemple.

En "tirant les fils" par un questionnement adéquat, les renseignements du SIPOC sont livrés les uns après les autres.


Trop souvent omis

Le SIPOC fait partie de ces outils simples qui sont trop souvent omis, alors qu'ils apportent une vraie valeur. Un SIPOC préalable à l'analyse détaillée d'un processus ou d'un périmètre évite de s'égarer et de se perdre dans des à-côtés sans rapport. Il favorise la focalisation des efforts d'analyse.

A ce titre, le SIPOC est un excellent préalable aux cartographies Value Stream Mapping (VSM).


Mise à jour le Lundi, 25 Août 2014 13:42  

Sujets similaires